AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations Diverses
  • Ce forum est déconseillé aux moins de 12 ans.
  • La violence, le sexe,  ou l'homosexualité est autorisé du moment que ca reste dans le raisonnable.
  • Nous demandons des avatars de taille 200*400
  • Le langage SMS est formellement interdit.
Navigation
Crédits
Forum fondé par A.Gauthier
Graphisme et codage par  A.Norkel
forum dirigé par L.Llewyn, B.Taylor et A.Norkel
Forum modéré par D.O'Leary
Toute reproduction partielle ou complète est interdite sans autorisation des créateurs.

Partagez | 
 

 " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 27

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   Dim 23 Mai - 20:28

Silence radio. Voilà à quoi se résumaient les nouvelles qu'Alyson apportait aux autres. Elle évitait tout le monde, et même son cher et tendre n'exceptait à la règle. Se terrer dans sa solitude avait toujours était une solution pour Alyson, mais pas pour autant la meilleure. La mort de son frère lui avait donné l'impression d'avoir emportée avec elle tous les derniers jours heureux qu'elle avait vécu. Et puis que Brian fasse passer les intérêts de sa secte adorée avant ... D'accord, il avait essayé de se rattraper, mais c'était après. Et ce qui avait été dit avait été dit, voilà. Oh il n'avait qu'à croire qu'elle s'était enfuie au Canada, comme la petite conne qu'elle était, elle n'en avait rien à fo*tre. En fait, elle s'en foutait de tout. Elle séchait les cours, et trainait un peu partout. Elle passait quasiment tous les soirs dans des bars, dans des pubs, ou à ruminer sa colère. Oh, elle restait fidèle, pas la peine de s'inquiéter. C'est juste que malaxer sa peine avec de l'alcool, c'était vraiment très attrayant. C'est fou ce que beaucoup d'hommes avaient comme manie de vouloir se soulager grâce aux " bienfaits " de l'alcool. La seule chose de claire qu'elle avait faite pendant ces deux semaines de pur alcoolisme, c'était de refuser tous les appels venant de sa famille. Aparemment quelqu'un les avait prévenu. Tant mieux, elle n'aurait pas à le faire elle-même. A un moment, elle avait reçu un sms de Douglas qui disait que l'enterrement avait lieu le lendemain du soir où notre histoire commence ...
Et vu son état, elle n'était pas vraiment d'humeur à y poser le bout de son nez. Tous les jours de ces deux semaines, Alyson avait pûrement l'air d'une épave. Rare était les moments où elle n'était pas éméchée. Pour une raison obscure, elle semblait assez lucide pour ne pas marcher comme Jack Sparrow à longueur de temps. Son regard était constamment caché derrière des lunettes, et si on ne la connaissait pas bien, il aurait été sincérement très difficile de la reconnaître. Alyson avait même un bandage à la main gauche, fait à la va-vite. Un soir, en rentrant, elle s'était enmêlée les pieds et était tombée avant de s'enfoncer un bout de verre qui traînait par terre. Le sol de sa maison était juste un no man's land, où agonisaient des cadavres et des cadavres de bouteilles.
Vers 18heures, elle avait émergée de son pauvre petit sommeil, et après avoir laissé couler sur elle des litres d'eau, le regard vide, elle avait enfilé un slim, des converses, un tee-shirt et un sweet-shirt trop beaucoup trop grand pour elle. Elle partit vers Brooklyn, une bouteille de rhum à la main, et finit par arriver jusqu'à un hangard, dans lequel traînait des tas de pots de peintures, et des toiles vierges pour certaines, et un petit tabouret dans le fond. La lumière éclairait fort la pièce, et lui donnait un air de chambre d'asile. La vive lumière donnait mal à la tête à Alyson, mais elle s'en fichait totalement. Tout ce qu'elle fit, c'est entamer sa bouteille, et laisser l'élixir de vie couler dans sa gorge, le long de sa trachée. Ca lui brûlait, la réchauffait. Elle posa sa bouteille au milieu de la pièce et mit debout une immense toile vierge. Elle prit un pot de peinture bleu marine et l'ouvrir d'un coup sec. Elle fixa le liquide quelques secondes, comme si elle était en train de se perdre dans sa couleur, et puis balança d'un coup son contenu contre la toile, créant un énorme " splatch ". Brian avait voulu qu'elle se remette à l'art, bah voilà, elle s'y était remis. Alyson repartit au centre de la pièce, et reprit une gorgée de rhum. Elle tint la bouteille par le goulot entre deux doigts, et attrapa un autre pot de peinture ouvert, et prit un pinceau, elle le trempa dedans. Elle commença à peindre la toile, d'abord doucement, et ses mouvements se firent de plus en plus violent, jusqu'à ce qu'elle finisse par déchirer la toile. Hm. Elle s'éloigna et la regarda neutre, avant de s'énerver et balancer sa bouteille contre la toile, avec une telle force qu'elle explosa sous le coup. Alyson resta les bras ballants, penaude, avant d'être prise d'une idée un peu conne. Il devait bien il y avoir des allumettes par ici ... Elle ouvrit un vieux meubles, et après avoir trouvé des allumettes, foutu le feu à la toile. Voilà qu'elle virait pyromane xD. Son regard se perdait dans les flammes. Qu'est-ce qu'elle aimerait que la personne qui ait tué son frère soit là-dedans ... La fumée ayant remonté contre le plafond, la sécurité anti-incendie s'enclencha et de l'eau apparut. Alyson fut rapidement trempée, et lorsque l'alarme s'enclencha, elle soupira et s'en alla, agacée par le bruit. L'heure avait tourné, et il devait être aux alentours de 23h. Qu'est-ce que le temps passait vite quand on s'amusait ^^' !
Ses pas la guidèrent vers Central Park. Elle s'allongea sur un banc, son regard rivé sur le ciel, une jambe pliée sur le sol et l'autre sur le dossier du banc. Comme elle était mouillée, elle avait un peu froid, et ses lèvres étaient un peu bleues. Ses mains étaient glacées. Elle se voilait la face. Elle ne voulait pas admettre qu'elle ne reverrait plus jamais son frère. La preuve, elle ne voulait même pas aller à son enterrement. Alyson entendit ensuite des bruits de pas, et faillit ne pas y faire attention, si seulement elle n'avait pas reconnu cette démarche. Depuis le temps qu'elle l'écoutait, elle avait finit par la reconnaître. Même si elle avait été aveugle, Alyson savait qu'elle aurait toujours reconnu Brian, même au milieu d'une foule d'un million de personnes. C'était comme ça.

- Oh bonsoir, je suis ravie que tu me vois dans un tel état. Ca va ? Oui oui, moi aussi je vais très bien. Maintenant, si tu as fini, tu peux partir, au revoir.

Voilà, il pouvait partir maintenant. Elle n'avait pas bougé de sa position, son regard était toujours rivé vers le ciel. Brian partirait un jour où l'autre de toute manière. Enrôlé dans sa chère secte, aux bras d'une autre fille. Ou mort, comme son frère ...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   Dim 23 Mai - 21:36

J'ai vu au moins trois entrée plausible tout le long du RP, aucune au finale xD



Il lui en voulait. Brian en voulait a Alyson, pour ce qu'il considérait : un coup de pute. L'expression s'entend, bien sur, pas l'insulte la désignant directement évidemment xD Explicacion explicacion. D'ACCORD, il pouvait être compréhensif sur bien des choses, ou du moins essayé. Et quand un membre de sa famille meurt, Brian voyait sa capacité a etre compréhensif s'accroitre. Mais, parce qu'il y a toujours un mais, il y avit des limites. Qu'elle passe ses nerfs sur lui, il s'y attendait. Ca servait a ça un petit ami aussi, a pas perdre ses amis parce qu'on pete un plombs. Et il acceptait d'endosser ce role de souffre douleur, parce que quoi qu'il arrive, il savait qu'il ne lacherait pas Alyson. Mais il lui en voulait. De quoi? Pas de s'être emporté sur lui, parce que c'était a prévoir. Il avait suffit d'une phrase. " peut-être que je vais crever moi aussi ". Anodin, ou pas. Mais.. Bordel de merde de grosse bouse de sal*pe ! è_é ( je voulais mettre XD comme smiley mais ca petait l'insulte )
Alyson envisageait-elle vraiment son futur ainsi? Pensait-elle vraiment que c'était le futur qu'il lui laisserait se créer? Dans sa façon de le dire, elle avait du sous entendre qu'un émeraude la butterait ce jour là, ou pire, ce qu'il avait presque comprit, puisqu'elle avait élégamment mit sur le tapis le fait qu'il était de la secte, qu'il le ferait lui ? Ou qu'il laisserait faire, ce qui revenait au même. Alors oui, oui il lui en voulait, parce que de toute les vies du monde, Brian ne laisserait personne prendre celle d'Alyson. C'était comme ca depuis le début. Alors oui c'était dégueulasse de penser ça mais qu'est ce qu'il en avait a fo*tre d'un point de vue perso ? Oui c'était horrible de se dire que tous les Alexandre Gauthier du monde pouvait bien crever, Alyson, elle, non. Point barre. Il avait d'abord pensé suivre Liv et Alyson ce jour là, mais la colère s'était emparée de lui, d'autant plus qu'il avait pensé certaines chose dont il n'était pas fiere. Mieux valait laisser le temps a Alyson. Il lui laissa la journée. Et le lendemain. Sans nouvelle, il parti la voir, mais elle était devenu un vrai fantôme. Il lavait appelé et avait adoré se retrouver sur son répondeur, a chaque fois. Saviez vous que Brian était impatient ? Oui, surement. Alors imaginer son humeur, lorsque la fille qu'il aime ne réponds plus a aucun signe de vie, et que juste avant leur dernière rencontre, elle lui disait qu'elle allait peut-être mourir. Elle avait déjà essayé de se suicider une fois, si sa mémoire ne lui jouait pas des tours. L'inquiétude avait envahi tout son être, et remplaçait a présent la colère. Et si.. elle était deja partie une fois sans rien lui dire, cette fois ci pourrait être la bonne. Et voila, la colère revint. Oh alors la, il lui aurait botter l'cul jusqu'au Paradis si elle avait fait ça. Colère, belle amie, te revoila. Oh inquietude, tu es toujours la? La cohabitation est difficile n'est ce pas?
Brian était dans un état.. étonnant. Sur le qui vive. Oh, fallait vraiment pas le chercher en ce moment. Le moindre pet de travers, et c'était la bagarre qui pendait au nez des malchanceux. Ce fut a cause d'un ras le bol total qu'il quitta l'université en fin de soirée. La pluie qui tombait ne semblait pas le gêner plus que ça, au moins, en coulant sur son visage, elle le glaçait au passage, et le calmait, un tant soit peu. Dans son etat, il était préférable de ne pas prendre la voiture, ou il allait se planter a tout les coup. Pas la peine de célébrer plusieurs enterrements dans un laps de temps aussi proche hein.D'ailleurs en parlant d'enterrement, celui d'Alexandre était prévu pour le lendemain soir. Brian attendait ce jour, pour la voir. Il espérait l'y voir. Lui y serait, de loin. Alexandre ne faisait plus parti de ses ennemis depuis quelques temps, mais ce n'était pas une question de ça. Il allait peut-être faire une sorte de sécurité, anti membre des émeraudes. Si il y en avait un, ne serait-ce qu'un.. Mieux valait qu'il sache courir vite. C'était pour ne pas tacher le tableau qu'il en voulait pas y mettre le pied. Enfin bref.
Il était passé dans bien des endroits, et avait meme appelé les pompiers en passant vers un vieux hangard en feu. Il avait attendu le temps de l'intervention, et les pompiers avait fini par déterminer la cause de l'incendie. Il semblait que cela vienne d'une toile, ou un truc comme ça. Il quitta la rue et sa course s'acheva a central park. Il avait toujours aimé y aller de nuit, plus que de journée. C'était calme.
En marchant, il lui sembla apercevoir une silhouette au loin. Croyez le ou non, mais parfois, on voit des choses étranges, comme une simple fille aux allures de clochardes ( ca c'est gratuit xD ) avec une silhouette anodine, pourtant, on sait. On sait que c'est Elle. On le sent. On l'espère.
Il avança donc silencieusement vers elle et Alyson prit la parole en regardant le ciel.
Apres ce silence, elle ne trouvait que ça a dire cette.. cette.. RAH ! Il l'observa. Brian aurait pu jouer le tact, s'assoir a coté d'elle et parler. Ou simplement attendre.. mais vous connaissez Brian après tout ce temps x) C'était pas son genre. Elle avait besoin de quoi ? D'exploser un bon coup ? Ca il en était certain. Il frisa du nez en sentant l'odeur de l'alcool, trouvant ça navrant pour elle. Elle lui faisait pitié. Pas dans le sens méchant du terme, juste.. pitié. Elle était complètement désemparée la pauvre, perdu, balloté dans un monde qu'elle ne pouvait pas contrôler. Il remarqua de la peinture sur elle, et en plus de l'alcool, elle sentait le feu. Coïncidences? Je ne crois pas x) Il fronça des sourcils.
Bon, la bombe humaine allait pouvoir péter son plomb dans quelques instant. Juste le temps qu'il retire sa veste en cuir, qu'il passe derriere le banc, et qu'il lui pose sur les épaules. Il posa ses mains sur le dossier du banc, et regarda en l'air également.. 3..2...1 c'est parti :

- Mhh, c'est une bonne chose de commencer le deuil en lui disant au revoir. J'imagine qu'il est ravi de te voir dans cet état aussi. Si tu lui parle, passe lui le bonjour, si c'est a moi que tu t'adressais, regarde moi.

Tout dans la finesse, le Taylor. Il avait déja depuis un moment baisser les yeux sur elle, fixant en faite, l'arriere de sa tete. Il répéta d'une voix calme, et presque trainante.

- Regarde moi Alyson... Non, fit-il presque brusquement. Regarde toi. Tu empeste l'alcool, tu manques les cours depuis plusieurs jours, tu es dans un état.. pardonne ma franchise, pathétique. Je ne te reconnais plus... Crois tu.. il modéra sa voix qui avait des allures de reproches, et plus calmement il reprit : crois tu que ça va arranger les choses? Crois tu que tu vas aller mieux, qu'il va revenir? et .. il remarqua sa main bandée n'importe comment. Et, reprit-il se coupant encore une fois en la regardant a nouveau avant de marmoner un truc en contournant le banc. Fais moi voir.. fit-il en lui prenant la main. Le bandage se déroula presque tout seul. Il grimaça en voyant la plaie. L'alcool, ça peut éventuellement servir a désinfecter, au lieu de te rendre malade, conclut-il en lui lachant la main avec une certaine froideur.

Il recula d'un pas. Maintenant que la bombe était prête, il ne manquait plus que la flamme.

- il est mort Alyson, Alexandre ne reviendra pas, et tu n'y changera rien. Si tu n'as plus de respect pour toi, essaie d'en avoir un minimum pour lui, pour tout ce qu'il a fait pour toi, dans l'espoir que tu sois heureuse. Au faite, comment tu compte l'appeler, ta toile? La Folie d'Alyson Gauthier foutant sa vie en l'air? Je verrais bien : A mon défunt frère, le résultat de ton sacrifice. T'en pense quoi ?

Quitte a la faire craquer, autant que ce soit un bon coup. Ca n'était pas du pur sadisme, loin de là. Elle allait peut-être pouvoir extérioriser toute sa colère, sa haine, sa tristesse, sur quelqu'un. Il préférait que ce soit lui, plutot qu'encore une bouteille d'alcool. Alors peut-être qu'il y allait fort, cherchant a taper la ou ca faisait mal, mais peut-être que cette fois ci, un mal pour un bien, ca marcherait.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 27

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   Lun 24 Mai - 16:28

( Bon, désolée si ma réponse est moins longue, mais j'avais genre écrit un super pavé, mais voilà, pu rien à cause d'une mauvaise manip. )

Brian était très doué pour arriver à ses fins, en effet. La faire énerver dans des moments comme ça, c'était quelque chose de très, très facile, étant donné qu'elle était déjà sur les nerfs. Sans changer de position, ni même lui accorder un regard lorsqu'il le lui " ordonna ", Alyson s'énervait. Déjà, il ne partait pas - oh, étonnement ! -. Ensuite, elle eut une palpitation à son sourcil. Qu'il fasse le malin n'avait rien de très intelligent. Ou peut-être si, vu que son but était de la faire criser. Et puis, il lâcha sa main. Oh rien de bien symbolique non, juste qu'elle ne s'y était pas attendu, donc sa main cogna sur le banc et ça lui fait un peu beaucoup mal. Dans un " putain " très harmonieux, elle regarda sa plaie se réouvrir. Super. Merci Brian. Merci, vraiment. Ensuite, elle commença à taper du pied. Brian ne lui apprenait que des choses qu'elle savait déjà. Merci Brian de blablater dans le vent. Enfin, pas tant dans le vent que ça. Elle les connaissait toutes ces choses, en effet, mais elle n'arrivait pas à se l'avouer. Excepté que le fait que son frère soit mort. Ca, elle l'avait très bien compris, pas la peine de lui faire un dessin. Et puis, ses pieds se retrouvèrent très rapidement sur le sol, tout comme son corps qui était déjà relevé. Heureusement pour lui que Brian était de l'autre côté du banc, ça amortirait l'impact. Il voulait ouvrir le robinet, soit et bah ouvrons le. Faisons même exploser le bouchon, inondation, tout. Ce serait trop top. Elle parlait d'une voix forte, à la limite du cri.

- Ce que j'en pense ? Ce que j'en pense ? Et bah, ce que j'en pense, c'est que je t'emmerde.

Elle eut un rire nerveux en tournant un peu la tête sur le côté, avant de refixer Brian, en repartant de plus belle.

- Mais tu crois que je sais pas déjà tout ce que tu m'as dit là ? Merci de m'avoir éclairé de ta lumière ! Je sais que mon frère est mort. J'ai compris, merci, qu'Alexandre Gauthier est mort dans toute sa splendeur, tué par un de tes fameux guignols.

Alyson n'impliquait pas Brian dans le meurtre de son frère. Okay, elle disait " tes ", mais c'était plus pour dire qu'il faisait parti de la Secte, et non qu'il avait tué son frère lui-même.Quoique, même s'il ne l'avait pas tué, il était certainement resté observateur non ? Non ... Si Brian avait été au courant, il l'aurait certainement empêché. Quoiqu'avec ce qu'il s'était passé le jour où ils avaient découvert le corps de son frère, elle n'en était pas si sûre.

- Mon frère est mort d'accord, mais c'est pas ça qui m'emmerde le plus tu vois. Ce qui m'emmerde le plus, c'est que la putain de Secte de merde, elle, elle s'en tire toujours tu vois ! Parce qu'il y a des cons comme toi et moi qui existent. Des cons comme moi qui protègent le criminel - même si je me doute très bien que tu n'es pas un psychopathe -, et des cons comme toi qui gardent les secrets et qui veulent protéger les leurs même si pour ça il faut se fo*tre de la gueule du c*n n°1 ! D'ailleurs, en parlant de foutage de gueule, merci d'avoir protéger ton ami criminel en ayant omis dans une de nos conversations de me dire son identité, à ce cher Jarod, qui m'a bien niké la gueule soit dit en passant. Dire que si tu me l'avais dit, je ne t'aurais pas " trompé ".

La dernière phrase était tout de même un peu ironique. Si elle avait su que Jarod était celui qui l'avait blessée, jamais elle ne serait partie à l'Héritage avec lui, et j'aimais Brian n'aurait cru qu'elle le trompait.

- Mais pardon, je ne t'accuses pas, après tout, la personne conne ici, c'est moi, c'est vrai. Tiens d'ailleurs, puisqu'on est dans la partie vérité, James sait que tu es dans la Secte, d'où notre conversation de la dernière fois, et la claire envie de me taper qu'il avait et l'envie de te taper qu'il n'a pas réfreiné. Moi bien sûr, j'essaye toujours de le convaincre de ne rien répéter pour ne pas que tu es de problèmes, et en ne voulant pas que tu es de problèmes, j'évite aussi des problèmes à cette chère Secte qui me remercie comment ? Et bah en tuant mon frère. Oh bah merci alors, super cadeau ! Si j'avais sû, je me serais abstenue.

Elle lança la veste de Brian sur le banc. Elle glissait de ses épaules, et ça commençait à l'agacer.

- Mais tu vois, c'est même pas ça le pire. Le pire, c'est quelque soit l'issue, la secte ne se fait jamais choper ! Comme je l'ai dit, elle s'en sort toujours ! Mais juste à cause du c*n n°1 et du c*n n°2, mais aussi à cause du gros c*n n°3, qui pense juste à s'engraisser comme un gros porc juste pour avoir de la tune, j'ai nommé nabot number one, the Doyen ! Ce connard veut tellement garder son gros chèque et son honneur, qu'il ne veut que personne de " l'extérieur " soit au courant. Alors si jamais ils sont trouvé, qu'est-ce que les membres risquent ? Un renvoi, et l'impossibilité de s'inscrire dans quelconque autre école ! Quelle bien piètre punition pour des gens qui prennent plaisir à baiser la vie des gens ! Ouais. On parle " d'intérieur et " d'extérieur ", tout ça parce qu'on est dans une prison, dans laquelle soit on est le méchant, complice avec le méchant, ou la victime du méchant. Mon frère est mort putain ! Et voilà, l'histoire s'arrête là, parce qu'il n'aura jamais d'assassin. Parce qu'il faut garder l'honneur.

Alyson écarta les bras, et eut un sourire amer.

- J'ai l'air pathétique ? Et alors ? Au point où j'en suis. Je ne suis pas la plus pathétique ici. Je deséspère à cause de la mort de mon frère. C'est mieux d'avoir l'air pathétique pour ça que pour ... Enfin, non, je suis aussi pathétique que tout le monde. Parce que je protège le mec que j'aime parce que je ne veux pas le perdre, je ne répète moi non plus à personne que la Secte existe. Je suis tout aussi conne que les autres en fait. Tout aussi pathétique. Ah la la la, mon pauvre frère n'est même pas encore dans sa tombe qu'il se retourne déjà. Mais tiens, en parlant de pathétisme. Dis-moi, qu'est-ce qu'il a de si intéressant d'être dans la Secte hein ? On est psychopathes en meute c'est ça ? On est genre sataniques à boire du sang tous ensemble ! Whooo ! Faut m'inviter à une de vos party secrètes, je suis sûre que ça doit être totalement euphorique, d'entendre les gens supplier pour ne pas qu'on les tue, ou peut-être que c'est voir la tête des gens qui restent ensuite le plus excitant non ? Dans tous les membres de la Secte, je suis sûre que y'en a plus d'un que je connais. Je les connais presque tous j'en suis certaines. Dis-moi, ces gens-là, quand ils tuent quelqu'un proches de leurs amis, ils se sentent comment ? Tristes eux aussi ? J'espère que non, parce que si c'est le cas, fous leur ton poing dans la gueule de ma part, parce que ce serait de l'hypocrisie pure et simple, rien de plus. Parce que pour moi, ces psychopathes n'ont plus d'âme, plus rien. A force de les fréquenter, j'ai peur que tu y laisses des plumes toi aussi.

Elle soupira et se laissa tomber sur le banc. Elle semblait calmée, ou du moins, d'avoir terminé avec sa séance je gueule ( ouais, tout ce temps là elle criait, mais j'allais pas mettre des points d'exclamations partout xD ). Des larmes commencèrent à couler sur ses joues.

- La mort d'Alexandre m'a fait réalisé que ce qui arrivait aux autres pouvait m'arriver aussi. J'ai réalisé que moi aussi, je pouvais perdre ceux que j'aimais. De cette façon, je veux dire. J'ai perdu mon meilleur ami qui était en fait un gros salaud qui m'a prit mon " innocence " sans me demander mon avis, je n'ai jamais eu l'estime de mon grand-père sauf depuis quelques temps, j'ai perdu un enfant, j'ai perdu mon frère. J'ai peur qu'à cause de la mort de mon frère, ma mère se laisse mourir, parce que son fils adoré, son fils préféré est mort. J'ai peur de voir leur tête demain, et de me dire " mais merde. Eux aussi sont dans le même état que moi. ". Et puis, surtout, j'ai peur de te perdre toi. J'ai peur que tu deviennes un malade, j'ai peur que tu te trouves une fille mieux que moi, j'ai peur que tu ... Disparaisses. Là, je crois que je n'aurais plus qu'à me tirer une balle dans la tête.

Elle posa ses coudes sur ses genoux et mis son visage entre ses mains. Ses épaules tremblaient légèrement, montrant qu'elle pleurait.

( Ouais nan mais en fait, c'est assez long quand même xD )




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   Mar 25 Mai - 16:28

Le but de Brian : énerver Alyson pour qu'elle puisse enfin faire sortir d'elle même toute sa peine, sa colère, tout. Le plan avait l'air de marché a merveille, il le voyait dans son comportement. Elle semblait plus qu'agacé. En revanche, ce qu'il n'avait pas prévu du tout, ce fut cet effet miroir. Il n'avait pas du tout prévu d'être en colère, lui même. Et pourtant, il semblait que c'était ainsi que ça allait se passer. Il lui sembla que le point de départ fut lorsqu'elle utilisa cette expression, « tué par un de tes fameux guignols. » . Ses? Ses guignols? Ses guignols.. a lui? Elle voyait vraiment la chose comme tel? Que Brian était entourés de petit pantin qui lui laissait agir a son gré? Qu'il avait prémédité la mort d'Alexandre aussi non ? Peut-être que si il lui avait raconter le nombre d'emmerdes qu'il avait eut a cause de la secte, et de justement, le fait qu'il ne pratiquait pas leur acte, elle n'aurait pas dit ca. Peut-être que si elle avait su qu'un jour il avait faillit se faire tué comme ça, comme s'il était tout a fait insignifiant, elle aurait pensé autrement. Mais elle l'avait dit. Quoi qu'il ait pu se passé dans le passé, Alyson donnait l'impression de voir Brian comme un membre de la secte, un vrai. Cette vision lui fit comprendre le peu d'estime qu'elle avait pour lui.
Bon bon, d'accord, elle était encore sous le coup de l'émotion, il pouvait.. comprendre. Ou essayer, tout du moins.
A peine eut-il l'illusion qu'il allait comprendre ce qu'elle ressentait, et ce qu'elle pouvait dire d'idiot, qu'elle lui relança une bombe en pleine figure. « Parce qu'il y a des cons comme toi et moi qui existent. Des cons comme moi qui protègent le criminel » Si les cons comme elle protégeait le criminel, ou le c*n qu'il était se situait-il ? Non, il ne se le demandait même pas, elle était assez clair la dessus depuis le début de leur discussion. Le c*n qu'il était, c'était le criminel. Parfait...
Elle eut beau se justifier la dessus, il le gardait en travers de la gorge. Et puis elle parla de lui, en lui faisant comprendre qu'elle avait comprit clairement ce petit « jeu » qu'il avait fait le jour de la découverte du cadavre. Il ne s'était pas foutu de sa gueule, malgré ce qu'elle pensait. Il ne comprenait d'ailleurs pas qu'elle y voit tant de mal. D'accord, il avait préféré qu'elle ne donne pas ce truc a Liv, parce qu'il craignait Alexandre, tout simplement. Il savait qu'il était soupçonné, alors que le président, enfin, ex président, donne a un membre de l'assoc' un « truc » remit par sa soeur, ça pouvait être flippant. Ce n'était pas tant le secret de la secte qu'il avait voulu protégé, mais le sien. Oui c'était pas cool, mais mieux valait n'etre pas toujours sympa quand même, surtout dans ce cas. Alors non il ne s'était pas foutu de sa gueule, car il pensait réellement qu'elle ne devait pas se meler de l'affaire comme ca. Enfin, passons... il soupira comme pour calmer une petite boule d'énervement dans son ventre. Il savait que lorsqu'il l'avait, ça n'envisageait rien de bon pour la suite.
Et boum. Il ne sut pas si il était si étonné du fait qu'elle sache pour Jarod, ou qu'elle pense qu'il voulait le protéger. Bordel ! Là elle avait raison, là elle était sacrément conne sa petite Alyson. Le Jarod actuelle n'avait rien a voir avec l'ancien, si il n'avait rien dit a sa petite amie, c'était pour lui eviter des problemes. Tant que Jarod la pensait totalement naive a ce sujet, il ne lui ferait rien. Et si du jour au lendemain, elle en était venu a bouder un mec avec qui elle était amie, et qui l'avait sauvé, de lui meme en plus, quel exploit -_- Comment aurait-il réagit? Qu'en plus de ça, le mec de cette Alyson qui le bouderait serait son ennemi hein? Jarod était loin d'etre un mec idiot, mais par contre c'était un mec aimant tuer, alors franchement, qu'elle ose lui dire qu'il se foutait de sa gueule, la, ce fut la goute qui fit deborder le vase. Il s'était battu avec Jarod, s'était fait torturé, avait risqué plus d'une fois sa vie, et Alyson était toujours dans la top list de leur sujet de conversation. Si elle n'avait pas été une fille, et sa petite amie - d'ailleurs l'était-elle encore? Non parce que du moment ou on deteste la secte entiere, en le mettant dans le mec sac des tueurs... - il l'aurait sans aucun doute, sans aucune retenu, étalé au tapis. Elle parla de tromper.. tromper, euh. Avec Jarod? Les traits de son visage avait du changé depuis un moment, laissant place au prémices de ses expressions de colère. Mâchoires serrées, trait dur.. etc. Il lui sembla alors qu'elle parlait de l'Héritage. Whoa whoa whoaa, elle parlait de foutage de gueule non ? La c'était l'hopital qui s'foutait carrément d'la charité. En gros ne disait-elle pas qu'elle avait fait expres d'y aller avec Jarod, pour bien l'énervé?
Et Vlam. James.. savait? Il avait du faire des gros yeux. Comment? Comment pouvait-il savoir? Elle lui dit alors que si elle avait su la suite des évenements, elle se serait abstenue. De quoi ? De retenir sa langue? Donc en gros, lorsqu'elle était en colère, elle pouvait baisser les bras sur un sujet de confiance entre Brian et elle? Il laissa échappé une sorte de rire, pas si rire que ca, et pas si echappé non plus xD On s'demandait bien comment il l'avait su hein.. Elle et Brian n'étaient-ils pas en colère lorsqu'ils avaient vecu leur petite romance? L'image d'Alyson avait chuté en fleche dans l'esprit de Brian. Il pouvait encaisser des coups, mais a un moment donné, son corps s'y refusait et contre attaquait. Il en avait encaisser suffisamment là, non ? D'abord la bande d'amis tueur, ensuite le criminel, puis le protecteur de Jarod, et maintenant, elle avouait avoir révélé a James le truc le plus important qu'il ait pu lui dire, lui faisant une confiance absolu a ce sujet? Il était déçu, si bien que sa colère s'évapora.
Peut-être qu'il interpretait tout mal, mais c'était tellement clair pourtant. Soit on est le méchant, Brian, soit on est la complice du méchant, Alyson, soit on est la victime. Elle avait donné la réponse deja, Alexandre. Il aurait du s'y attendre, comment être un criminel gentil en meme temps? Pff. Elle lui avait donné la permission de partir tout a l'heure non? L'idée lui semblait drolement interessante soudainement.
Quand elle s'énerva sur ce qu'il avait dit «  pathétique » il fronça les yeux. Ici, il n'y avait qu'eux. En quoi était-il pathétique? Ah ben oui qu'il était c*n. c*n n°2, ne l'oublions pas. Qu'il était c*n de ne pas y avoir songé, c'est vrai que d'aimer une fille qui est en train de le démolir en pièce en lui disant qu'il était un membre, et qui exprimait sa haine envers la secte, donc envers lui, ça c'était vraiment pathétique. Elle en vint a lui poser des questions sur la secte, il sentait ses muscles trembler sous la colère, revenue. Elle lui parlait de ça comme s'il adorait. La pluie ne le dérangeait même plus, comme s'il ne la sentait plus. Il écouta la suite sans aucune réaction faciale, et son corps était a présent complètement stoïque. Il la regarda quelques seconde lorsqu'elle prit sa tete dans ses mains. Et pour la première fois de sa vie, Brian ne se senti pas mal en la voyant pleurer. Peut-être était-ce parce qu'il avait chercher a faire? Pleurer ça libérait souvent quand meme. Mais non ce n'était pas la raison. Il était.. il était.. plus lui. Il avait l'impression de la détester, là, tout de suite. Et Brian Taylor aimait Alyson, donc il n'était plus lui ^^'
D'une voix grave, et pas très douce comme il aurait pu en usé dans un cas normal en la voyant pleurer, il fit entre ses dents :

Avant d'avoir peur de perdre tout les gens que t'aiment, tu devrais peut-être essayé de ne pas te perdre toi. Ce n'est pas ta famille qui se meurt en ce moment, c'est toi. Ce n'est pas moi qui suis malade en ce moment, c'est encore une fois, toi. Tes craintes ne viennent que de toi j'te signale. Anja aimait peut-être Alexandre, mais elle a d'autre gamins qu'elle aime, tu en fait partie, au cas ou tu douterais de l'amour qu'on pour toi tes proches, ta famille, tes amis...

Bizarrement, il ne cita pas «  ton petit copain ». Il allait pas lui mentir quand meme, la il avait tout sauf de l'amour, ou bien c'était pas d'l'amour c'était d'la rage x) Il avança vers le banc, devant elle, et posa une main de part et d'autre de ses épaules sur le dossier. Il se pencha un peu vers elle, et lui fit :

Tu sais quoi j'ai une idée. On va faire un after après l'enterrement d'Alexandre demain, avec la secte, j'vais appelé tous MES guignols, et on fera un petit massacre juste histoire d'entendre la personne chialer pour ne pas se faire tuer. Je sais deja qui choisir. James. Comme ça, je protèges les interet de la secte, puisque c'est tout ce qui m'interesse. J'pourais même inviter Jarod il te racontera comment on a rigoler en parlant de ton agression, c'était bien fandard j'en ris encore là ! TU VOIS COMME JE SUIS MORT DE RIRE ALYSON ! Hurla-t-il presque. Non hurla, en faite. C'était peut-être la premiere fois d'ailleurs qu'il elevait tellement la voix sur elle. Tu te rend compte, reprit-il plus calmement, tu seras super gradée hein, La complice du méchant, invitée du méchant, et soeur de la victime du méchant, ouah quelle chance Gauthier !

Il lacha le banc et se retourna en faisant quelques pas. Il réalisa que ce qu'il venait de dire n'était pas du tout .. disable, mais s'il retenait quoi que ce soit, il explosait, littéralement. Et il ne pouvait pas, apres tout la secte s'en sortait toujours, il ne pouvait pas mourir d'un ulcère quand meme. Il lacha un « tss » assez argneux en partant dans l'allée de central parc. Il allait pas l'obliger a rester avec un criminel non plus.. Oh comme il espérait croisé un mec ce soir, l'énerver juste assez pour une bagare, et se lacher sur lui, lacher ce qu'il ne pouvait pas faire contre Alyson. HA ben non, il était tellement remonté qu'il risquerait de le butter là. Pis ca serait bête de tuer quelqu'un sans que ses petits amis soient là pour admirer le boulot..
Ouais Brian allait finir malade, mais parce qu'elle le rendait complètement maboule avec ses discours.. il allait penser absurde. Mais peut-etre pas, elle lui avait peut-être dit simplement la verité cette fois, elle avait vraiment cette image de lui, si ca s'trouve..


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 27

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   Dim 6 Juin - 18:22

Quelque soit la façon dont elles étaient dites, les paroles d’Alyson étaient toujours mal interprétées. En temps normal, c’était pas fameux, mais alors dans un état comme le sien, elle ne pouvait même pas espéré qu’on comprenne le sens de ses dires. Brian en était la preuve. Pas la peine d’être fut-fut pour comprendre qu’il n’avait pas compris du tout ce qu’elle voulait dire, ou du moins, que cinquante pourcents de la chose.

Brian avait parfaitement raison. Alyson était forte des fois, mais faible souvent. En fait, elle avait un tempérament qui pourrait lui permettre de surmonter vents et marées, mais pourtant, elle se laissait tellement submergés par ses émotions qu’elle perdait toute logique et devenait, soyons francs, gogole. En réalité, elle manquait cruellement de sang-froid. N’était-ce pas elle qui n’était pas capable de garder son calme face à une provocation, et toujours à s’emporter dans de grands trucs après quelque chose, quelque soit son importance ? Alyson ne savait pas gérer ses émotions, voilà. C’était une vraie passionnée. Amour dévorant pour Brian, Colère dévastatrice quand quelqu’un l’énerve, tristesse incomparable dans des situations comme celles-là, bref … Alyson allait toujours dans l’extrême. Parfois, ça pouvait être bien, quand elle était heureuse par exemple, mais en sachant que c’était plutôt rare, bah … C’était bel et bien une facette de sa personnalité qu’elle avait intérêt à bannir.

Et puis … Plus Brian avançait dans son discours, plus la mâchoire d’Alyson se serrait. Il n’avait décidément pas compris. Rien. Rien. Rien. Mais en fait, Alyson n’avait même plus envie de s’expliquer. Brian lui avait retiré toute envie de le faire. A chaque fois qu’elle s’expliquait, ça partait toujours en queue de poisson. Voilà pourquoi elle avait préféré boire tranquille son alcool. Au moins, lui, il ne serait pas venu la faire chier, et ne lui aurait rien demandé. Alyson avait comme pressenti que si elle parlait à Brian, ce serait comme ça. Déjà, ça de un, et de deux, il faut dire qu’elle n’avait envie de parler à personne, alors ce n’était pas non plus comme si elle s’était forcée à se terrer dans son mutisme.

Lorsqu’il hurla, Alyson sursauta, en écarquillant les yeux – au moins, ça avait eut le bénéfice de faire changer son regard vide -. Il lui avait fait peur. Mais pas peur comme lorsqu’elle avait vu son expression face à Adam, non. Cette fois-ci, elle avait plus peur parce que c’est la première fois qu’elle voyait Brian s’énerver autant contre elle, et ça ne lui faisait pas vraiment plaisir. Elle déglutit, un peu comme un enfant prit en faute qui se retiendrait de parler, et resta raide. Le temps que Brian bouge. Elle n’aurait jamais pensé qu’elle l’aurait énervé comme cela. Où en était-elle, dans le cœur de Brian ? Ca ne l’étonnerait même pas qu’elle soit tombée de plusieurs étages. Ca ne l’étonnait même pas, c’était toujours pareil. C’était presque comme si elle cherchait ça, inconsciemment. A baisser dans l’estime des gens. Comme si elle les testait continuellement pour savoir « à quel point l’amour que tu me portes te permettra d’encaisser ? Jusqu’à quel point ? ».
C’était quasiment malsain. Pourtant, ce n’était même pas ça, qu’elle voulait. Au fond, elle ne se connaissait même pas elle-même.

Cependant, cette petite –euphémisme – prise de gueule a eut le don de lui faire retrouver un peu sa lucidité. Elle en faisait, des conneries. En particulier avec ce petit Brian. Ce petit Brian qui avait toujours été là pour elle, qui avait toujours tout fait pour elle. Il n’aimait pas le dire, et faisait comme si c’était le contraire, mais en fait, autant que Richard était Cœur de Lion, Brian lui, était au Cœur d’Or (no comment XD). Alyson ne semblait pas remarquer à quel point Brian était « fort ». Elle avait toujours su qu’il était précieux, qu’il tait la prunelle de ses yeux. Seulement, elle n’avait jamais vraiment su à quel point elle était celle de ses yeux à lui. Bien sûr, elle n’avait aucun doute sur l’amour que Brian lui portait – ou avait. Vu comment il était là, il ne l’aimait certainement déjà plus -, mais elle était loin de se douter du nombre de sacrifices qu’il avait fait pour elle. Mais comment aurait-elle bien pu le savoir ? A part être entré dans la Secte, ou avoir commis le meurtre de cette fille … Valéry ? Brian ne lui confiait pas grand-chose. Ou si, mais pas les trucs « importants », certainement à cause de sa manie à toujours vouloir la protéger. Alyson savait se montrer clairvoyante, mais elle n’était pas devine. Elle ne pouvait pas dire au bon Dieu de lui faire pipi dessus pour qu’elle sache tout ce qui se passait dans la Terre entière. Tout compte fait, Brian Taylor était deux personnes à la fois : celle qu’elle connaissait le plus, mais en même temps celle qu’elle ne connaissait pas du tout. Parce qu’on ne connaît jamais assez la personne que l’on aime.

Elle sortit de ses pensées alors qu’il s’éloignait de plus en plus, et se releva brusquement. Elle marcha très vite, jusqu’à arriver à environ cinq mètres de Brian.

- Brian.

Après avoir fait encore un pas, il s’arrêta, mais ne prit pas la peine de se retourner (vu comme il est énervé, c’est ce que je suppose, des fois qu’en la regardant il change d’avis et la tue xD). Cela ne l’étonnait même pas. Brian était parfois tellement prévisible … Mais en même temps, comme dit plus tôt, il pouvait être insaisissable comme le vent. Leurs souffles légers semblaient presque résonner dans le quasi-silence du parc, entrecoupés par quelques bruissements de feuilles et le bruit des voitures à l’extérieur. Comme poussée par quelque chose de plus fort qu’elle, Alyson se recourba, dans un bel angle de 90°. Si Brian était de face, jamais, au grand jamais elle ne se serait … Prosternée comme ça. Ca aurait pu être humiliant, mais là, elle n'avait pas ce sentiment. On aurait pu mettre ça sur le compte de l'alcool, mais non. Elle savait très bien ce qu'elle faisait.

- Je suis désolée.

C’est tout ce qu’elle pouvait lui dire. Mais ça n’avait jamais été aussi sincère. Brian devait certainement se dire que tout ne se résolve pas qu’avec des excuses, mais pour l’instant, c’était tout ce qu’Alyson avait en magasin. De toute manière, ses excuses étaient probablement insuffisantes à ses yeux, mais des explications auraient été tout aussi vaines. Alors quelque soit le chemin emprunté, Alyson se retrouvait toujours confrontée à une impasse. Quoiqu’il en soit, au bout d’une minute, elle se redressa. Brian ne saurait certainement jamais à quel point ses excuses furent plates et respectueuses, et Alyson emporterait certainement ce petit secret dans sa tombe.

Elle soupira en fermant les yeux. Les souvenirs des jours heureux lui revenaient en flashes, comme pour lui rappeler à quel point sa vie actuelle était … Pourrie. Elle inspira longuement avant d’ouvrir les yeux. Elle regarda un instant le dos de Brian, qui lui semblait si grand et si fort. Ce dos sur lequel elle avait toujours aimé se reposer. Mais voilà. Là, ce même dos lui semblait être plutôt une muraille infranchissable.

- Parfois, l’amour seul n’est pas suffisant.

Sa phrase avait été tellement faible, était tellement dite entre les dents qu’il y avait peu de chances que Brian l’ait comprise. Mais ce n’était pas trop grave, parce qu’Alyson se parlait à elle-même. Elle jeta un dernier coup d’œil à ce charismatique personnage avant de se retourner, empruntant un chemin à l’opposé de celui de Brian. Dans un couple, l’amour seul n’est pas suffisant. Alyson ne captait certainement pas assez la longueur d’ondes de Brian. Voilà le problème. D’un pas à la fois morne et rapide, Alyson se dirigea vers la sortie du parc. Au moins, elle avait prit la décision d’aller à l’enterrement d’Alexandre.

Et puis une autre décision aussi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   Lun 7 Juin - 5:33

C'était tellement marrant en faite. Il avait raison, il était mort de rire, mais intérieurement... mais surtout, nerveusement. Avait-il réellement hurler sur Alyson? Avait-il réellement nourrit en quelques seconde une telle haine pour elle? C'était autant probable qu'improbable a vrai dire. Quitte a passé pour un schizo, c'était le Brian qui détestait la nouvelle Alyson qui avait parler, pendant que le vrai se taisait dans son coin, regrettant sa petite amie. Parfois, il voulait revenir poussé ce Brian gueulard. Elle aurait pensé qu'il était lunatique, de toute evidence. Mais pourtant, il avant envie de lui dire " j'aurais pas du te parler comme ça, je suis la pour t'aider, pourquoi ne me vois-tu pas? pourquoi ne prend tu pas ma main? je ne te lâcherai pourtant pas..." et puis non, la colère était plus forte pour une fois. Alors qu'il se demandait s'il devait rebrousser chemin pour aller la voir, s'excuser, elle fut plus rapide que lui. Son coeur lui disait d'aller vers elle, mais son corps et son esprit voulait continuer a marcher. Deux contre un, il ne fit que se stopper, restant droit face au chemin qu'il devrait emprunter si elle ne l'avait pas héler. Malgré ce qu'ordonnait son coeur, il ne se retourna pas, restant comme stoique, impassible, froid, indifférent.
Quand il entendit ses excuses, il ne put s'empêcher de les murmurer muettement en grimaçant " je suis désolé" comme un gamin. C'était trop facile. Trop simple. Dire a quelqu'un ses quatre vérités, lui en foutant plein la gueule pour un désolé comme conclusion, c'était franchement trop leger. Il n'attendait pourtant pas des explications. Elle ne lui donna d'ailleurs pas. Peut-être que sur le coup, il ne se voyait pas là, tout de suite, en train de la prendre dans ses bras et de lui chantonner un ce n'est rien. Non, il ne se voyait pas du tout . Pas ici, pas avec elle, en tout cas. Elle bredouilla un truc qu'il ne saisit pas en sa totalité. Histoire de bien envenimer les choses, il comprit " parfois notre amour est insignifiant". Ce fut pour cette raison qu'il pivota sur lui même, quelques peu vexé. Sa colere, la voix basse d'Alyson et la pluie n'était franchement pas un bon mélange.. ou si, mais un cocktail explosif alors. Puis elle se retourna et s'éloigna. Il avait l'impression que c'était la péripétie qui se passait a chaque fois entre eux. Ils se partaient, y'en avait un qui se faisait la malle, l'autre le rattrapait, disait son texte, partait, le premier allait le retrouver... C'était donc son entrée en scene, a priori, non?
Il passa une main dans ses cheveux dégoulinant de pluie, sur son front en la regardant. Fallait changer un peu non ? Il décida de faire comme elle, quitter le parc.
T'es vraiment un salaud, intervint le Brian amoureux d'Alyson. Un beau salaud. T'as raison laisse la tranquille tu la mérite pas, je l'ai toujours pensé. Tu te rend pas compte qu'elle a perdu son frère, qu'elle est complètement pommée? Rappelle toi un peu, quand t'étais au plus bas, t'en a dis des conneries. Tu m'donne envie de vomir. Pauvre mec.
En grimaçant, après cet entretien avec lui meme x) , il se retourna et suivit Alyson. Il ne tarda pas a la rattraper, pourtant il laissa un peu de distance entre eux. Genre je te suis, mais si tu me remarquais pas ca serait pas plus mal. Bah, le Brian amoureux avait raison, sans doute. Et puis il s'inquiétait pour elle. Pour tout. Son état moral, physique.. Finalement il rompit la distance et tenta une nouvelle fois de lui donner son manteau, qu'il posa doucement sur elle avant de marcher a ses cotés. Il fourra ses mains dans ses poches en rentrant un peu son cou dans ses épaules lorsqu'un frisson lui donna la chair de poule. Les mâchoires toujours sérrées, il ne lui adressa pas un regard, réfléchissant. Amour insignifiant hein ? Il soupira et s'arrêta, prenant dans le meme mouvement son bras pour la stopper. Il prit les deux cotés de son manteau et les resserra contre elle pour qu'elle reste au chaud. Seulement a ce moment la, un sourire sembla se montrer timidement.

- Tu sais
, lachâ-t-il enfin. J'aimerai beaucoup pourvoir porter sur moi le regard que tu semble avoir. Parce que moi, j'ai l'impression de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour t'aider, même si je reconnais ne pas m'y prendre toujours très bien.. Mais avec tes yeux je pourrais voir ce qui cloche chez moi, ce qui fait que tu refuse la moindre aide que je puisse t'offrir. Un jour alexandre m'a - il se stoppa et tenta de jauger dans les yeux de la demoiselle s'il pouvait continuer ou pas. D'une voix toujours calme, ce qui changeait bien de tout a l'heure avec son exces de colère, il lui intima :- il m'la dit que tu aimais être indépendante, c'était la raison pour laquelle tu refusait toujours quoi que ce soit. J'ai beau savoir qu'il disait vrai, je ne peux pas m'empêcher de vouloir t'aider. Alors d'accord, certaines choses je ne peux pas les faire, parce que je te connais suffisamment pour savoir que tu es quelqu'un de très têtu, c'est pour ça que tu n'as pas accepté la bourse. Il y a des choses que je ne peux pas faire pour toi non plus, comme surmonter ce drame, et vivre avec. Mais je peux t'aider a trouver le courage de le faire. Je peux rester a tes cotés si tu as envie de pleurer, je peux rester a tes cotés si tu veux parler, je peux rester a tes cotés pour t'aider a avancer, mais il est clair que je ne resterais pas a tes cotés pour te voir te détruire ainsi Alyson.

Sa voix était devenu un peu plus ferme, pas méchante ou quoi, juste comme une sorte d'avertissement. Il n'était pas en train de lui dire qu'il allait la largué si elle continuait comme ça. Alors que disait-il me demanderez vous? Bonne question xD Peut-être simplement qu'il ne pouvait pas la laisser sombrer, et bien plus qu'il ne voulait pas. Quitte a passé pour le méchant Brian, a lui remonter les bretelles en tant voulu..

- Il y a des choses que je n'aurai surement pas du te répondre, mais il y a des choses que tu n'aurais pas du dire non plus. Enchaina-t-il. On va jouer a quoi , hein? Celui qui blessera le plus l'autre? Je n'entre pas dans cette course la tu sais. Accepte mon aide.. non meme pas, mon soutien si ce terme te convient mieux.. mais s'il te plait mon ange, ne te laisse pas devenir ça...

Bon peut-être que la, il avait fait expres de dire ce surnom. Il ne l'avait dt qu'une fois, et elle avait semblé etre emballée. Il ne savait pas trop ce qu'il cherchait a faire en lui disant ça. Peut-etre lui faire prendre conscience qu'il ne voulait pas troquer son ange en une sorte d'ame errante? De toute façon, il ne comptait pas la laisser comme ca, avec ou sans son accord finalement. Il était tetu lui aussi, et elle le savait. Alors autant accepter et faire ça en regle.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: " C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )   

Revenir en haut Aller en bas
 

" C'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. " Marcel Proust ( Pv Brian )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Dead :: 
Archives
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit