AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations Diverses
  • Ce forum est déconseillé aux moins de 12 ans.
  • La violence, le sexe,  ou l'homosexualité est autorisé du moment que ca reste dans le raisonnable.
  • Nous demandons des avatars de taille 200*400
  • Le langage SMS est formellement interdit.
Navigation
Crédits
Forum fondé par A.Gauthier
Graphisme et codage par  A.Norkel
forum dirigé par L.Llewyn, B.Taylor et A.Norkel
Forum modéré par D.O'Leary
Toute reproduction partielle ou complète est interdite sans autorisation des créateurs.
anipassion.com
Partagez | 
 

 La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eléa Robert
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 13/10/2009
Age : 24

Personnage
Dortoir: Aucun
Années écoulées au sein de la NYU: 1
Relations:

MessageSujet: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Dim 7 Mar - 16:29

( Alors pour l'ordre c'est simple y a Moi puis Alyson Puis soit Brian soit James, à vous de choisir Very Happy )

Eléa marchait seule dans les couloirs, se dirigeant vers le seul lieu où elle pouvait se reposer : sa chambre. Des cernes étaient légèrement visibles sous ses paupières, & à cet instant précis, elle faisait encore plus japonaise que d’habitude. Eléa n’avait qu’une idée en tête s’était de prendre une bonne douche & se reposait, elle ferrait ses devoirs plus tard. Elle avançait de plus en plus rapidement à l’idée de pouvoir poser sa tête sur son doux oreiller. Arrivée à sa porte, elle l’ouvrit à la volée & se précipita dans sa salle de bain. Mais étant très douée de naissance, elle se prit les jambes dans le seul tapis de sa chambre qui se trouvait à proximité de la porte de la salle de bain. Elle s’étala d’une manière très svelte & se retrouva allongée par Terre. Son visage n’était plus qu’à quelques millimètres près du sol & ses bras étaient fléchies, ils avaient amortis le choc qui aurait du se produire avec sa tête. Elle poussa un juron mais au lieu de se relever, elle déposa tout son poids sur le sol. Il était légèrement froid mais elle resta immobile, allongée sur le sol, dans une position peu adéquate. Elle tourna la tête sur la droite & aperçu quelque chose qui ressemblait à un cadre sous sa commode. Elle haussa des sourcils, se leva & tendit sa main pour l’attraper. Quand elle le sentit sous ses fins doigts, elle se redressa & s’adossa contre le mur. Une couche épaisse de moisissure bordée le cadre & on ne voyait plus qu’un bout de la photo. Elle fit la lourde tâche de prendre un mouchoir & d’essuyer chaque parcelle de la photo. Elle fut étonnée de voir que c’était une photo d’Alyson & elle, à l’âge de 14ans. Eléa ne se rappelait pas d’avoir fait une photo comme celle là. Eléa eut un léger pincement au cœur, sur la photo toutes les deux inspiraient la joie de vivre & semblaient plus que proches. Depuis qu’Alyson était revenue du Canada, Eléa ne l’avait pas vu une seule fois, à part lors d’une fête mais cela n’avait pas duré bien longtemps. Elle ne l’avait même pas croisé dans les couloirs, ni en cours, elle ne savait donc pas ce qui se passait dans la vie de sa chère amie. Comment allait-elle ? Est-ce qu’elle ressortait avec Brian ? Que faisait-elle maintenant ? Pleins de questions surgirent dans la tête d’Eléa. Elle n’aimait pas rester dans l’ignorance , & il fallait y remédier, le plus tôt était le mieux. Elle pouvait très bien le faire demain, mais une petite voix lui dictait d’aller la voir maintenant & pas dans une heure. Elle se leva malgré elle & se rendit dans les couloirs. Elle avait à peine mis le pieds dehors, que son portable sonna. Elle regarda dans le petit cadre qui pouvait bien l’appeler & quand elle aperçu le mot ‘’ Mère d’Aly’ ‘’, elle eut une bouffée de crainte subite. La mère d’Alyson ne l’appelait jamais, alors pourquoi le faisait-elle maintenant ? Elle décrocha plus rapidement que son ombre & colla son oreille contre la coque du portable. Elle prit une inspiration & murmura un Bonjour presque inaudible. Elle n’eut pas le temps de poser la question existentiel qu’elle entendait des pleures étouffées à travers le combinais. Ses craintes se faisaient de plus en plus pesantes. Elle s’imaginait déjà les pires scénarios & voyait dés maintenant la première page du journal de demain : une fille retrouvait pendu dans la maison de ses parents, ou encore, accident mortel qui a tué une jeune fille de 19ans. Elle déglutit assez fortement & colla encore plus son oreille qui devenait peu à peu rouge. Elle ne voulait surtout pas rater un mot. Mais la mère d’Alyson pleurait tellement qu’elle ne put qu’intercepter les mots ‘’ Hôpital & Couche ‘’. Elle commençait à s’impatienter, ce n’était pas la faute de cette pauvre femme mais là elle était à bout,. Elle cria presque dans le combiné en demandant concrètement ce qu’il se passait. Son cœur battait fort, elle ne pourrait concevoir & surtout supporter la mort d’Alyson, non c’était impossible, elle chassa cette idée dans sa tête. Elle entendit la mère d’Alyson respirait profondément, puis, celle ci enchaîna les mots. Au début Eléa n’en crut pas ses oreilles & elle demanda à ce qu’elle répète. Elle resta un moment sans voix, l’appareil dans la main. Toutes les informations lui revenaient sans cesse, en boucle sans jamais pouvoir s’arrêter. La main tremblante, elle essayait de tenir le portable qui glissait peu à peu. Une voix s’éleva de sa gorge mais elle avait l’impression que cette voix ne lui appartenait pas & qu’elle était à quelqu’un d’autre qui se trouvait à des kilomètres d’elle.

- Vous. . . Vous êtes sûr ? Alyson a. . . a. . . fait. . .

Elle avait du mal à prononcer le mot car pour elle, il n’appartenait pas à son vocabulaire quotidien. Elle inspira fortement & essaya de trouver la force de le prononcer.

- Elle. . . A fait une. . . Fausse Couche !

Elle avait parlé si fort, que sa phrase résonna en écho dans le couloir. Elle espérait que personne n’avait entendu la conversation qu’elle avait eut avec la mère d’Alyson, surtout qu’elle avait mis dans le savoir le haut parleur. Elle laissa lentement tombé son téléphone par Terre, ce qui accentua le bruit dans le couloir. Comment se pouvait-il qu’Alyson est été enceinte ? Le savait-elle avant de faire sa fausse couche ? Et le père qui était -il ? Cela ne pouvait être que. . . Que. . .Elle écarquilla les yeux. Mon dieu, cela ne pouvait être que lui ! Brian ! Devait-elle le prévenir ou bien le laisser dans l’ignorance. De toute manière il allait bien le savoir un jour ou l’autre. Pour l’instant son seul soucis était Alyson. Elle devait se rendre au plus vite à l’hôpital où celle-ci se trouvait actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 28

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Dim 7 Mar - 18:02

C'était vrai : les chanceux était ceux qui arrivent à tout, et les malchanceux à ceux à qui tout arrive. Alyson, elle se situait dans la seconde catégorie. Et elle se plaisait à croire que la malchance n'était qu'une circonstance atténuante que la vie donne aux ratés. Que pouvait-elle être d'autre de toute manière ? Que pouvait-elle être d'autre ...
Ce matin-là, Alyson s'était réveillée avec des crampes de ventre très douloureuses. Elle avait mis cela sur le dos du fait qu'elle n'avait pas eu ses règles depuis quelques temps déjà. Sa journée commença donc presque normalement, à deux cachets d'aspirine près.
Dans la journée cependant, rien ne s'améliora. Alyson se demandait si les médicaments d'aujourd'hui, ce n'était pas que de la foutaise, parce que là, sincérement, elle souffrait encore, voire plus que le matin même.
Vers deux heures de l'après-midi, alors qu'elle était partie acheter son déjeuner, Alyson fut prise d'une crampe encore plus violente, en plein milieu du snack. Ne pouvait-elle pas être tranquille un instant ? La douleur dans le bas de son ventre était de plus en plus lancinante. C'était des règles bioniques ou quoi ? Trêve de plaisanterie, Alyson ne se sentait plus la force de rester debout, et s'agenouilla, en plein milieu de la queue de personne. Son teint avait pali et des gouttes de sueur perlaient sur son front. Horrible. C'était tout bonnement horrible. Elle ne pensait pas ressentir une douleur physique telle dans son existence. Une femme, qui était derrière elle dans la queue, lui prit le bras avec ce qui devait être son mari, et lui demanda, inquiète, si ça allait. Alyson comprenait très bien que ce n'était pas en foutant, mais elle avait bien envie de répondre " tu vois bien que non, idiote ". Mais d'un, c'était inconvenu de sortir ça à quelqu'un qui nous aidait, et en plus, elle avait trop mal pour sortir quoique ce soit. Elle entendit vaguement l'homme pousser une exclamation surprise, et sembla faire un signe à sa femme vers la jupe d'Alyson, qui laissa échapper un petit cri.

- Oh mon Dieu ! Mademoiselle, vous perdez du sang ! Chéri, appelle une ambulance !

Alors que l'homme s'affairait aux ordres de sa femme, Alyson sentait sa tête lui tourner, alors qu'elle palissait de plus en plus. Vraiment, c'était des règles bioniques.
Et elle perdit connaissance. Et même dans l'inconscience, elle avait encore l'impression de sentir son bassin de déchirer. Comme si on lui arrachait quelque chose de précieux.

Quelle était cette effervescence autour d'elle ? Alyson se sentait posée sur quelque chose de mou, et tirée dans une direction qu'elle ne pouvait définir ... Elle sentait son corps bougé, mais n'arrivait pas à déterminer dans quel sens.
Elle avait encore mal.

Du blanc. Du blanc, partout. Presque à en avoir mal à la tête. Alyson cligna plusieurs fois des yeux, comme aveuglée par l'éclat de la pièce. Elle prit quelques secondes pour comprendre qu'elle était dans un hôpital. Qu'est-ce qu'elle faisait là ? Alyson se remmemora alors ses douleurs, et le sang qu'elle avait perdu. Que lui était-il arrivé ? Elle voulut se releva, mais elle ne réussit qu'à esquisser un vague mouvement des bras. Elle se sentait très faible, et lourde. Comme si le moindre effort, même minime, allait la tuer sur le coup. Elle sentait le bas de son corps engourdi, comme s'il avait été anesthésié. Les mains posées sur son ventre, les bras légèrement pliés, le teint blâfard et le regard cerné, Alyson semblait être revenue d'entre les morts.
Quelques minutes passèrent, jusqu'à ce que le silence de la chambre soit troublé par l'arrivée inopinée d'un medecin. Le Dr. Spencer ? Elle devait être à l'hopital Mont Sinai ... ( hopital de l'Upper East Side XD ). Comment elle le connaissait ? Et bien une fille aussi casse-cou qu'elle avait eu le temps de beaucoup y aller, à l'hopital, en deux ans et demi. Le grand docteur grisonnant lui fit un sourire, bien qu'un air grave était clairement lisible dans son regard, caché derrière ses lunettes.

- Bonjour Alyson. Vous avez bien dormi ?
- ...ui.


Alyson aurait bien voulu mieux le dire, son " oui " mais elle sentait sa bouche pâteuse, tout aussi engourdie.

- Trois jours se sont passés depuis que vous êtes inconsciente. Nous avons prévenu vos parents. Ils sont venus le jour même, mais ont du repartir à cause de leurs obligations. Ils reviendront dans la semaine.

Alyson cligna avec un peu plus d'insistance les yeux pour montrer qu'elle avait bien comprit, et regarda le docteur s'approcher d'elle, abaissant son petit cahier, et enlevant ses lunettes.

- Ecoutez ... J'ai quelque chose d'important à vous dire. J'ose espérer que vous vous souvenez bien de vos douleurs, datant d'il y a trois jours déjà. Tout ce sang que vous avez perdu ... Ce n'était pas l'oeuvre de votre cycle menstruel. Vous avez eu une fausse couche ...

Lisant l'effarement sur le visage d'Alyson, le médecin se tut. Aparemment, elle ne devait pas être au courant ... Mais il devait bien finir.

- Vous étiez enceinte de deux mois presque. Mais ne vous inquiétez pas, ce n'est pas quelque chose de répétitif. Des gens attendent pour vous dans le couloir.

Le medecin fit la moue, mais sortit, laissant Alyson seule, digérer un peu la nouvelle. Et quelle digestion ... Alyson n'en revenait toujours pas. L'effarement sur son visage avait laissé place à un air vide, las. Son regard se tourna vers l'extérieur, alors que ses pensées s'envolaient de plus en plus loin. Effectivement, elle ne s'y attendait pas. Déjà qu'elle ne savait même pas qu'elle avait été enceinte ... Elle ne savait pas trop comment se sentir. Comment ? Elle ne savait pas qu'elle était enceinte, alors comment être triste d'avoir fait une fausse couche. Non. Elle se sentait mal, c'était sûr. Si elle l'aurait su, comment aurait-elle réagit ? Aurai-elle songé à avorter, ou à garder ce ... ce truc qui grandissait en elle ? Désormais, c'était trop tard pour le savoir. Elle avait dix-neuf ans. Elle ne se voyait pas maman à cet âge. Elle avait encore des choses à faire avant ... Être parent ne la dérangeait pas en soit mais ... Trop jeune. Mais en même temps, vu qu'elle était sous le fait accompli ... Vraiment, elle se sentait perdue. Dégoûtée. Dégoûtée de n'avoir eu aucun choix en ce qui concernait ce truc, de n'avoir pas pu choisir son " destin ". Et en même temps, elle se sentait meurtrière. Avoir emmagasiné autant de choses, avoir autant stressé ... Ca ne pouvait qu'être fatal à ce ... Ce truc. Comment pourrait-elle le qualifier autrement ? Son bébé ? Impossible. Un enfant ? Il n'était encore qu'au stade d'insecte. Truc ça lui allait bien. Alyson avait envie de crier sa colère, de pleurer, et en même temps, de ne rien faire, de rester là. L'expression la plus vide de toutes semblait avoir pris le dessus.
Ah. Et quand elle songeait au père ... Elle avait envie de rire à gorge déployée, tout autant que sa gorge était nouée. Brian. Quelle ironie. Il la larguait, son truc aussi. Franchement, il l'aurait foutue en l'air de tout les côtés celui-là ... Et en même temps, elle se sentait malheureuse d'avoir perdu " quelque chose " qui aurait été à .... A eux deux. Mais quelque soit le " nous ", il semblait impossible. Oui, vraiment, Alyson avait vraiment envie de rire.
A moins que ce ne soit cette chienne de vie, qui était morte de rire devant ce spectacle tout bonnement et magistralement râté.
Je l'ai tué, je suis une ratée. C'est tout.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Dim 7 Mar - 19:05

Juste en passant, victor hugo il est né dans ma ville x)


«  hé Brian t'as remarqué qu'Alyson trainait beaucoup avec ce type?» « Tu crois qu'elle se le tape? » , «  peut-etre qu'ils sortent ensemble en secret » , «  Comment elle passe de toi a ce looser? » ( désolée xD ) , et bien d'autre commentaires de ce genre venaient tinter dans les oreilles du brun, a chaque fois que ses amis les croisaient. Il ne préférait même pas imaginer les regards que sa bande leur lançaient. Le pire dans tout ca? Rien n'était commander par Brian, a aucun moment il n'avait dit a ses potes «  menez leur la vie dur », «  espionnez les, je veux savoir si ils sont ensemble ou pas, si c'est le cas démolissez tout, qu'il ne reste rien de leur pseudo romance » . Non, il s'en foutait. Enfin, non pas vraiment en faite. Mais il ne faisait rien contre eux. Il l'avait cherché, c'était sa faute si la situation était ainsi, alors a quoi bon vouloir tout faire pour la récupérer. Et si c'était vrai ? Qu'Alyson avait bel et bien un nouveau petit ami? Ce type, le pauvre. Si Brian y parvenait, il ne doutait pas qu'il en souffrirait, c'était si simple d'aimer Alyson, comme respirer, comme cligner des yeux, comme faire battre son coeur. C'était naturel. Voilà tout. Ca se faisait tout seul, on ne pouvait pas faire sans, c'était ainsi.
Le plus dur dans tout ca? Ce n'était meme pas de les voir ensemble, puisqu'ils ne laissaient rien paraître. Welcome dans la psychose d'un mec jaloux xD A chaque fois que cette vision s'imposait a lui, dans le reel comme dans son sommeil, il sentait sa respiration se couper, son ventre était comme poignardé par un nombre indéterminable de couteau. Mais il ignorait tout ca. Comme il le pouvait. Peut-etre qu'ils étaient amis, simplement. Non le plus dur, c'était de ne plus lui parler, de ne plus entendre sa voix, de ne plus la faire rire, de ne plus la faire rager, de ne plus endurer ses regards lourd de sens, ou ses sourires complices, de ne plus la toucher, de ne plus etre apaiser par le simple fait d'etre a ses cotés. Le dernier contact qu'il avait eu avec elle, ce ne fut meme pas ce baiser comme il aurait voulu, garder son arome sur ses levres, la douceur de ses caresses... non ce fut presque ca, excepté que ce ne fut pas une caresse mais une énorme baffe en lui rendant la robe qu'il lui avait fait livrer.
Les seuls moment plaisant avec elle restaient pendant ses rêves. Pitoyable.
Mais elle n'avait pas l'air completement malheureuse avec son ami ou petit ami. Avec ce James machin chose a la mord moi le nœud. Oui bon évidemment, Brian avait une certaine amertume envers ce type mais c'était compréhensible non ? Pas pour quelqu'un qui pensait qu'il n'avait jamais aimé Alyson, bien sur. Ce type en question, était-il vraiment un mec bien pour elle ? Pouvait-il s'assurer qu'Alyson ne risquait rien avec ? Les gens disait qu'il était gentil. Mais il était nouveau, les nouveaux font toujours tout pour etre gentil pour avoir des amis. Alors qu'il réfléchissait a tout ca dans un couloir ou il marchait d'un air pensif, avec sa musique comme seule compagnie, il l'aperçut. Bon sang, il le haïssait presque, c'était étrange. En faite sa haine n'était motivée que par une chose, une jalousie injustifiée. Ou presque. Lui pouvait etre au moins ami avec Elle. Paradoxalement, il avait une certaine affection pour ce mec, parce que justement, il était aupres d'elle.. Bref c'était un beau bordel dans la cohérence de ses sentiments. Les nouveaux étaient bien souvent la cible des bizutages , et la bande a Brian semblait vouloir lui en faire voir de toute les couleurs. Il se rendit vers eux et ota ses écouteurs.

- Franchement vous n'avez rien d'autre a faire ? Un truc plus intelligent par exemple, pour changer..

Il n'y avait dans sa voix aucune agressivité, une sorte de blasement plutot. Il n'était pas non plus pour la violence gratuite et tout ca, ni pour tout ce qui concernait le bizutage, meme pour cet individu. L'un des « meilleurs » ami de Brian le regarda étrangement et parti avec le groupe.

-Désolé pour ça, ils sont sympa mais bon... Tu t'appelles James c'est ca? demanda-t-il d'une voix plutot amicale. J'ai un peu entendu parler de toi ces derniers temps. Nouveau c'est exact ?

Et la bêtement, Brian se posa une question. Alyson lui avait-elle parlée de lui, ou quelqu'un d'autre? Sincèrement, il préférait que non, ainsi, il aurait peut-etre pu en savoir plus sur lui. Autrement, il doutait fortement que ce dernier daigne lui parlé si elle lui avait tout raconté. Deux filles passèrent alors a coté d'eux, il arqua un sourcil en les suivant du regard, intrigué par la conversation qu'il avait entendu «  la méthode pour garder un mec 'je suis enceinte ' est super connue, mais de la a faire croire a une fausse couche... » Etait-ce parce qu'elles l'avaient regardé en parlant qu'il s'était senti visé, ou parce qu'elles parlaient de toute évidence d'un mec et d'une nana séparés? Son sourcil retomba en se froncant légèrement avec le deuxième. Son téléphone se mit a vibrer dans sa poche. Dakota, la petite soeur d'Alyson, encore. Elle n'avait pas arrêtée d'essayer depuis quelques jours. Quoi, elle voulait encore le charrier sur le fait qu'il ai laissé entendre un jour qu'il n'aimait qu'alyson et ce pour toujours? De toute facon il ne mentait pas, meme si les apparences laissaient croire le contraire. Il ceda. Il s'excusa auprès de James un instant et décocha. Ses yeux s'écarquillèrent quand elle prononça le mot fausse couche et Alyson. Fausse couche, comme pour perdre un enfant? Pas genre égarer dans un magasin... perdre pour de vrai, a tout jamais? Un bébé ? Elle... non impossible. Il raccrocha et regarda James fixement.

- Je vais te paraître bizarre, mais s'il te plait, dis moi que tu t'es déjà tapé Alyson... Ou n'importe quel autre mec, qui sait ceux qu'elle met dans son lit... Enfin bref, si c'est le cas tu devrais aller a l'hopital, elle a besoin de toi.... Pis même si ce n'est pas le cas d'ailleurs...

Comme si rien ne l'avait atteins, il rangea son téléphone. Il n'était pas idiot. Ca ne faisait pas assez longtemps, James n'était pas la depuis assez longtemps pour ça... Un enfant ca ne se faisait pas si peu de temps. Alors que pour elle et lui ca pouvait correspondre totalement. Mais ca pouvait aussi correspondre a son ami du canada hein. Pourquoi lui. Pourquoi. Qu'est ce qui le lui prouvait? Ah ca c'était bien la réaction d'un mec «  il est de moi ? » quelle importance, il n'était plus de personne maintenant. Mais si Alyson avait besoin de James comme il le lui avait dit, c'était bien parce que Brian ne parvenait pas a trouvé l'utilité qu'il pouvait avoir aux cotés de la jeune femme. Elle le détestait désormais, qu'allait-elle penser en le voyant? Qu'il venait admirer son chef d'oeuvre? La destruction d'Alyson Gauthier, by Taylor? Il ne voulait pas de ce prix. Il n'avait jamais voulu ca. Il ferma ses paupières, ce qui lui donnait un air absolument serein, pourtant c'était justement pour contrôler ses nerfs complètement a vif.

- je peux t'y conduire s'il le faut, proposa-t-il a la suite de sa dernière prise de parole si calmement qu'il semblait parler d'une personne qu'il ne connaissait meme pas.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 28

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 8 Mar - 3:20

( Je sais x). En 1802 XD )




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 8 Mar - 17:07

Être nouveau dans un endroit ou te le monde se connaissait déjà, s’était vraiment pas cool. Il le savait parce qu’avant, s’était lui qui faisait subir les bizutages. En Californie dans son école de Long Beach, avec sa bande de pote, il ne se lassait jamais d’embêter quelqu’un. Sans être méchant… Juste pour le plaisir d’embêter. Mais maintenant que s’était l’inverse, que s’était lui qui se trouvé à la place du bizuté, il trouvait ça drôlement moins drôle. Certes il comprenait, mais à la longue, ça devenait vraiment chiant. Il ne pouvait pas faire un pas s’en se faire aborder par une bande de mec, ne cessant de lui lancer toutes sortes de remarques. Mais il gardait la tête haute et faisait semblant de ne rien voir, de ne rien entendre. S’était efficace. Parfois. Et seulement parfois. Parce que des fois, les autres le collaient tellement qu’il n’y avait carrément plus moyen de les ignorer et de tracer la route. Et s’était le cas aujourd’hui. James marchait dans un couloir, ses écouteurs dans les oreilles, augmentant le volume afin de ne pas entendre les remarques des personnes le suivant depuis quelques minutes. Pourtant, écouter Feeling Good à fond ne suffisait pas à freiner ces mecs. Faut dire qu’il y avait plus impressionnant que des écouteurs pour faire fuir les gens… Enfin bref. James, il enleva ses écouteurs les rangea dans la poche de son blouson et se retourna vers la meute de mecs. Si ça avait été des filles, ça aurait été flattant, mais là s’était que des mecs alors… Enfin en s’en fiche. Il était bel et bien décider à entendre tout ce qu’ils avaient à lui dire afin que tout cela finisse une bonne fois pour toute.

-Oui, oui c’est ça j’me tape la copine de ton pote Brian… Je sais même pas qui c’est Brian. Oui, j’me suis déjà tapé Justine Machin chose et j'ai prit Mélia je sais pas quoi dans un coin. Mais honnetmeent la meilleure s'était la meuf de ton pote, elle était bien plus bonne… Et oui, j’ai assommé une meuf pour pouvoir la violer l’autre jour. En plein jour en plus et près du terrain de basket, j’vous apprendrais ; ) Ah et j’vous ai pas dit j’ai mit en cloque la meuf à Brian et une autre… D’ailleurs je sais même plus son prénom. Et l’autre jour je savais pas quoi faire alors j’suis allé dans un bar gay, et là j’ai pas pu résister au charme d’un gros barbu. Trop sexy, j’vous jure. Si ça avait été possible, lui aussi j’l’aurais foutu en cloque ; ) Et j’ai rencontrer une femme l’autre jour mariée, trois gosses et j’ai…

Il n’eu pas le temps de finir sa phrase qu’un autre mec arriva. Lui aussi il était là pour se fo*tre de sa gueule et répandre des trucs sur lui ?! Génial. De totue façon, avec tout ce qu’il venait de dire… Bon il se douter, que de colporter de genre de chose sur sa propre personnes n’allait pas l’aider, Mais s’était ça manière à lui de montrer qu’il en avait rien à fo*tre qu’on croit qu’il se tape machin ou bidule. Du moment que lui savait la vérité. A son grand étonnement, la dernier arrivait n’était visiblement pas là pour lui demander si oui ou non il couché avec la meuf d’un certain Brian. Car en seulement quelques mots, il les fit partir. Puis il se tourna vers James et s’excusa à la place des mecs d’avant. James se demandait vraiment pourquoi ce mec prenait la peine de le défendre et de s’excuser. S4était gentil, mais complètement minable. Et il n’avait pas besoin d’aide. Encore moins d’un inconnu qui avait entendu parlait de lui. James hocha la tête approuvant les dernier propos de son interlocuteur.

-Ouais James. Personne ne semble avoir loupé mon arrivé ici. M’enfin ça finira bien par s’arrêter. Et toi tu es ?

Ce mec était la troisième personne que James rencontrait ici et qui semblait être sympa. Il y avait d’abord eu la ravissante et sublime Alyson. Elle s’était évanouie dans ses bras alors qu’elle était serveuse dans une boîte de nuit. Et elle avait finit par se réveiller… dans ses bras. Depuis, il se sentait plus ou moins proche d’elle et avant d’aller plus loin. Car elle lui plaisait vraiment. Puis il y avait eu cette rencontre pas très commune avec Camille. Une jeune blonde qu’il avait manqué d’assommer avec son ballon l’autre jour. Sympa, rien de plus. Et maintenant ce mec… Ce mec qui venait tout juste de s’excuser recevant un appelle sur son portable. James le regarda s’éloigner de quelque pas et fit de son mieux pour ne pas entendre la conversation. Quand il raccrocha, il se tourna vers James et lui parla d’une manière franchement directe. Oh, oh ?! Comment ce mec s’avait-il qu’il était proche d’Alyson. Et comment savait-il tout court qui était Alyson. Bon, sur Alyson avait d’autres amis à NYU, ce qui était normal. Mais quand même. De là à demander à un parfait inconnu si il couchait avec. Voilà quoi. James s’apprêtait à lâchait l’une de ses répliques cassantes et désagréable mais na parvint pas à formuler la moindre phrase quand il entendit la suite. Il ne se préoccupa même plus du fait que ce mec voulait savoir qui avait couché avec Alyson, le seul fait qu’il retint fut qu’Alyson était à l’hôpital.

-Alyson est à l’hôpital ?! Qu’est-ce qui c’est passé ? Qu’est-ce qu’elle a ?

Il ne voyait pas vraiment qu’elle lien avait la vie sexuelle d’Alyson avec le fait qu’elle se retrouve à l’hôpital. A moins que… A moins que non. S’était impossible, ça se serait vu et il l’aurait su. Mais non, mais non. Et pourquoi tu l’aurais su James ? Tu crois vraiment qu’Alyson t’aurait lâché en se réveillant dans tes bras 3salut moi c’est Alyson et j’suis en cloque. » Non. Et de toute façon, ce n’était pas possible. Alyson ne pouvait pas être enceinte. Alyson ne pouvait pas être enceinte ! Parce que si elle était enceinte, cela voulait dire qu’elle était enceinte d’un autre mec. Puis ce qu’il n’avait rien fait. Et il n’avait pas la moindre envie de voir Alyson enceinte d’un autre mec. Parce qu’il avait finit par s’attacher à cette serveuse. Bien trop qu’il n’aurait du en si peu de temps. Et si Alyson était enceinte ça voulait dire qu’elle avait… Qu’il y avait un autre mec dans l’histoire. Tout devint alors clair dans son esprit. Et si la rumeur colportant qu’il était censé se taper la meuf de Brian était à peu près fondée ? Si ladite meuf de Brian était Alyson ? Bon ok, il en se la tapé pas. Pas encore Mais… Et pourquoi ce mec le connaissait, pourquoi ce mec voulait qu’il aille au chevet d’Alyson, c’est qu’il devait être au courant de quelque chose. D4ailleurs, il le suppliait comme pour fuir la chose… Et si ce mec qui se tenait en face de lui était Brian ? Non, non et non. Hé James arrête voir de te tourner des films. Tout ça était si peu probable. Et, il n’était même pas sur qu’Alyson était enceinte. Alors…
James hocha la tête et lui répondit.

-Je veux bien. Tu en profiteras pour m’expliquer d’où tu connais Alyson. D’où tu me connais. Pourquoi tu veux savoir si j’ai couché avec elle et ce qu’elle a…


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 8 Mar - 21:46

Je savais pas si je devais attendre ou pas u_u" Si ca conviens pas je supprime x)

Brian espérait deux choses. Qu'il accepte tout autant qu'il refuse. Qu'il accepte l'arrangeait, parce qu'il s'assurait qu'elle ne serait pas seule. Elle avait renouée avec son cercle social durant leur relation amoureuse, il ne savait pas trop ou ca en était désormais, parce qu'elle devait probablement se sentir trahit de tout ça. Elle avait sans doute l'impression d'avoir vécu dans un mensonge. Le plus ironique la dedans, c'était que le mensonge avait commencer le jour ou elle avait cru qu'il y prenait fin. Ca l'arrangeait donc qu'il dise oui, mais qu'est ce qu'il aurait aimé lui faire ravaler cette approbation. Un oui signifiait qu'il était suffisamment proche d'Alyson pour s'inquiéter pour elle. Autrement il aurait dis, rien a fo*tre d'elle. Évidemment, Brian n'aurait pas vraiment aimé. Comment accepter qu'autrui soit négligent face a elle?
Mais la réponse de ce James avait été utile. Il ne le connaissait pas. Il ne savait donc rien sur eux. Ou du moins, il ne connaissait pas le visage de Brian. C'était presque agréable d'etre avec quelqu'un de neutre. Toutes ces connaissances étaient soit dans le groupe de soutien Taylor, soit dans celui Gauthier. Ici, il y avait celui qui ignorait. Comme quoi l'ignorance a du bon. Mais jusqu'à quand? Avec ces questions...

- Oui oui a ton aise. Bon, viens.

Il lanca un coup d'oeil vers la porte de sorti et emboita le pas, cherchant ses clés dans ses poches. Et ce n'était pas la seule recherche qu'il effectuait. Que pouvait-il bien dire pour mentir a James sans vraiment mentir quand aux réponses qu'il attendait...? Que dire pour cacher la vérité sans la modifier totalement. Oh et puis pourquoi vouloir dire la vérité a un inconnu d'abord. Il pressa sur la clés et les portes se déverrouillèrent, une fois la porte passager fermée, Brian démarra au quart de tour. Bon si son attitude au niveau de ses expressions laissait penser a une certaine distance avec la demoiselle a l'hopital, son empressement pour s'y rendre le trahissait presque. Le pire c'était qu'il savait qu'il ne rentrerait meme pas dans la chambre.
Le nombre d'infractions qu'il commettait pour y arrivé plus vite étaient impressionnante. Il grillait les feux, passait dans des raccourcis bien a lui – rue a sens unique prit dans le mauvais sens - , sa vitesse était bien au dessus de la moyenne. Brian osait espéré que son silence était considéré comme de la concentration, mais il ne pourrait pas le garder éternellement.

- Tu sais, ici a NYU les nouvelles vont vite, c'est pour cette raison que je te connais. Les filles parlent beaucoup, mais les mecs encore plus parfois. Je connais Alyson parce que je suis... il observa du coin des yeux James avant de reporter son regard sur la route. Que dire... il enchaina pourtant rapidement par la première idée qui lui vint en tete : un ami de Brian... J'apprécie beaucoup Alyson, c'est pour ca que je m'inquiète pour elle, seulement voilà, etre ami avec ce type m'ôte une certaine liberté, comme être ami avec elle. J'ai.. j'ai peur qu'elle me voit comme elle peut le voir quoi.

Wow, Brian se donnait un alibi de choc là. S'il restait hors de la chambre, ca ne paraitrait pas suspect a James. Si il rentrait et qu'Alyson le fusillait du regard, ca confirmerait ses propos.
S'il avait omis une question, pourquoi savoir si ils couchaient ensemble, c'est bien parce qu'il n'avait pas de réponse, et il avorta les potentielles remarques de james en freinant.

- On y est.


Il sorti immédiatement, échappant aux autres questions de cette façon. Il se dirigea précipitamment vers l'accueil et demanda sa chambre, puis une fois dans l'ascenseur avec lui, fixant les étages qui les séparaient avec elle, il trouva qu'il allait manqué de temps. D'un petit coup a l'aide de son poing, il appuya sur le bouton d'arrêt d'urgence, stoppant alors l'ascension de la cage.

- Écoute.. je me fiche de savoir ce qui t'uni avec elle comme la plupart des étudiants, je veux juste qu'elle soit heureuse d'accord? J'imagine qu'elle ne va pas etre très bien ces prochains temps, et elle aura besoin de quelqu'un de confiance... Je peux espéré que tu occuperas ce rôle a la perfection James? Les yeux du brun était emprunt d'une véritable inquiétude, sincérité et un petit quelque chose de plus.. douleur? Il soupira et appuyant a nouveau sur le bouton et continua. Son bonheur commencera par le fait de ne pas lui dire que je suis la s'il te plait, elle risquerait de croire que Brian se pointerait d'un moment a l'autre. Quoi que ca serait peut etre la derniere idée qui lui viendrait a l'esprit....'fin bref, ne lui dit rien, s'il te plait.

Les portes s'ouvrirent, et il laissa James passé en premier. Dans le couloir, il apercut Elea. Ah merde. Pourvut qu'elle ne grille pas son identité... Il la désigna d'un petit coup de tete et murmura :

- Elle, c'est la meilleure amie d'Alyson. Vous devriez rentrer tout les deux, ça lui ferait plaisir je pense...
Il termina par un leger sourire qui ne suréleva que difficilement un coin de ses lèvres.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Eléa Robert
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 13/10/2009
Age : 24

Personnage
Dortoir: Aucun
Années écoulées au sein de la NYU: 1
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Mar 9 Mar - 14:11

( Non c'est Bon mais sache que la patience est une vertue xD )

Eléa ramassa rapidement son portable & se dirigea à vif allure vers la sortie qui semblait clignoté. Des voix l’appelaient mais elle fit comme si elle ne les avait pas entendu & c’était le cas. Elle était bien trop occuper à avancer vers la porte & à trouver à un moyen de se rendre à l’hôpital pour entendre son prénom murmurait de bouche à bouche. Arrivée dehors, le soleil l’éblouit si vivement qu’elle dû mettre son bras comme barrière de protection aux rayons du soleil qui l’aveuglait. Elle regarda de droite à gauche cherchant des yeux quelqu’un ou quelque chose qui puisse être un moyen de transport potentiel pour l’emmener mais il semblait que tous les élèves étaient restés à l’intérieur pour se protéger du soleil qui brûlait presque la peau. Décidément ces élèves étaient bien étranges, quand il faisait froid, ils protestaient de la température & maintenant qu’ils peuvent enfin profiter du soleil, ils restent cloîtrés à doubles tours dans leurs chambres. Elle se ressaisie de toute manière c’était leurs problèmes & elle avait d’autres chats à fouetter que de penser à ça. Elle pouvait prendre un Taxi, mais cela allait prendre beaucoup trop de temps & puis elle n’avait pas d’argent sur elle, l’autre solution serait de marcher mais l’hôpital se trouvait à 20kilométres de l’université & sous cette chaleur, s’était impossible de tenir longtemps. Eléa ne savait plus quoi perdre & commençait défaillir quand elle aperçu au long une copine à elle qui descendait de son scooter. Elle dévala les marches & arriva à la hauteur de sa copine. Elle savait qu’elle n’allait jamais pouvoir emprunter le scooter avec sa permission car pour la fille s’était quelque chose de plus que précieux & prêtait à toutes personnes étaient formellement interdits & impossibles. Eléa s’approcha d’elle, lui fit son plus beau sourire, s’avança vers elle comme si elle allait lui faire la bise & au dernier moment, elle attrapa les clés du scooter qui étaient aux bords de ses doigts, prit le scooter & s’installa. Sans demander son reste & sans attendre sa protestation, elle mit le contact & démarra au carre de tours. Elle ne savait pas comment conduire cette engin mais elle se disait que cela ne devait pas être bien difficile & que ça devait être comme les jeux vidéos. . .enfin c’Est-ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’elle arrive sur la route. Ce n’était finalement pas du tout facile.


Quand elle aperçut l’imposante ombre de l’hôpital, elle poussa un soupir de soulagement & descendit aussi vite que possible du scooter. Elle se promit de ne plus y retoucher même si sa vie en dépendait. Elle préférait largement le Taxi malgré que cela prenait du temps & que c’ était payant. Elle prendrait cette solution dorénavant & n’essayerai plus de nouvelles expériences dangereuses. Mais elle était arrivée à bon port indemne, cependant elle avait bien faillit y rester. Elle avait brûler un feu rouge & avait éraflé une voiture qui passait dans l’autre sens en perdant le contrôle, sinon à part ça, elle n’avait rien.
Elle se faufila à l’intérieur sentant déjà les odeurs peu commodes des hôpitaux. Non pas que cette odeur la dérangeait concrètement mais cela lui faisait rappeler toutes les maladies qui persistaient & surtout le sentiment que la mort respirait ses murs. Eléa essaya tant bien que mal de rejoindre l’accueil, enjambant les pieds les unes après les autres & s’excusant toutes les deux secondes. Lorsqu’elle arriva enfin, c’était une jeune & belle fille qui se trouvait derrière le comptoir, elle lui indiqua le nom & le prénom de la personne qu’elle devait voir & celle-ci lui donna un numéro de chambre en lui pointant du doigts le premier étage. Eléa lança un regard à la fil qui se trouvait pour les ascenseurs & opta pour les escaliers. Les marches ne semblaient ne jamais se finir, jusqu’à ce qu’elle aperçoive enfin une salle silencieuse où seul le bruit des roulettes faisaient du bruit. Elle essoufflait, à bout de force & légèrement décoiffé, on aurait dit qu’elle avait parcouru un marathon. Elle aperçu une fontaine & se rua dessus. Ayant fini, elle se releva & observa les alentours, cherchant des yeux les parents d’Alyson qui devait se trouver dans le coin ou bien dans la chambre D’Aly’. Elle allait se diriger vers le numéro de chambre quand le petit ’’Tchik ’’ de l’ascenseur se fit entendre pour bien faire comprendre que quelqu’un arrivait. Elle voulut détourner le regard quand elle crut reconnaître une silhouette familière & elle s’arrêta pensant voir les parents d’Alyson arrivaient. Elle faillit crier le nom de la personne qui se trouver près de l’ascenseur tellement elle était surprise. Elle chercha rapidement des yeux un endroit où elle pourrait se cacher. Peut être qu’il ne venait pas pour la même raison qu’elle, peut être qu’il ne savait pas pour Alyson & puis de toute manière il semblait être accompagner d’un copain. Eléa restait quand même crispée & se retourna lentement priant pour qu’il ne la voit pas mais elle croisa son regard & elle s’étouffa presque en poussant son ‘’Argh’’. Elle rougit instantanément comme si elle était prise sur le faite. Il ne fallait pas qu’il croit qu’elle l’évite, non, mais plutôt qu’elle. . .elle. . .Elle leva les yeux vers lui, peut être qu’après tout quelqu’un l’avait prévenu avant qu’elle ne le fasse. Elle l’aurait fait mais sûrement pas maintenant. Elle avança vers lui, hésitante. Quelque part, sachant qu’il était là, sa présence avait quelque chose de réconfortant mais d’une autre part elle était glaciale. Mais quand elle le voyait, elle avait l’impression de voir Alyson & ses rires, Alyson & ses sourires, Alyson & son tempérament, Alyson & Brian, Alyson Brian & cette ch. . .cet être qui n’avait pas fini sa croissance. Elle avait les larmes aux yeux juste à la pensée d’Alyson, lui & le. . .elle ne savait pas comment elle pouvait qualifier ce . . .cet être. Oui car ça avait quand même était un être pendant quelques temps. Eléa était arrivée à hauteur de Brian & elle le regarda droit dans les yeux, ne faisant apparaître aucuns sentiments, aucune émotions, juste du vide, un blanc.

- Brian ; elle avait prononcer son prénom avec trop de douceur & elle dût se reprendre ; . . .Hum . . Brian, je peux savoir ce que tu fais ici ? Il t’est arrivé un accident ?

Elle n’allait pas lui dire ‘’ Tu es là pour Alyson ? ‘’ & s’il ne savait rien, elle aurait été bien emmerder. Elle avait complètement oublié la présence de l’autre là, son copain & quand elle sentit un mouvement autre que celle de Brian & elle, elle dût se rendre compte de sa présence. Elle le lança un regard noir, comme si il l’a dérangé. Bon, Ok, ce n’était pas très gentille de sa part mais elle ne savait pas qui il était, d’où il venait & ce n’était sûrement pas le bon moment pour nouer des liens. Elle n’était pas censée savoir que c’était un proche ami d’Alyson, elle ne pouvait pas en déduire d’un coup d’œil & puis elle n’était pas censée savoir non plus que Brian était venu ici pour Alyson & non pour une autre raison.
Revenir en haut Aller en bas
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Mar 9 Mar - 19:10

Sans un mot de plus James suivit ce garçon avec un léger contre cœur. Il y avait une chose qui le perturbait… Pourquoi ce parfait inconnu prenait-il la peine de le ramener à l’hôpital pour voir Alyson ? Il semblait pressait d’y aller, pourtant James ne parvenait pas à comprendre pourquoi. Il ne dit strictement rien quand il constata les nombreux feux rouges grillés et les contre-sens. Après tout, il s’agissait d’une urgence… N’empêche que ce mec, il était bizarre. Se prétendant simple ami de Brian, mais pourtant quelque chose cloché. Il en était sur. Mais James ne pausa pas de questions. Ce n’était pas se genre de taille qui aller l’occuper, non. Ses pensées étaient bien trop occupées par autre chose. Il s’imaginait Alyson dans son lit blanc, dans un état pas possible, un état horrible… Il ouvrit la portière de la voiture plus fort qu’il ne le fallait, complètement submergeait par la colère de voir Alyson dans un état pareil. Il ne savait toujours pas ce qu’elle avait, parce qu’il ne lui avait pas dit. Peut-être cherchait-il à éviter la question ? Comme il n’avait pas répondu aux autres… De toute manière, ça ne changeait plus grand-chose. Car d’un moment à l’autre, il se trouverait dans la chambre d’Alyson et il saurait. Soudain, un autre pensait l’effleura… Alyson allait sans doute être surprise de le voir. Et si elle ne voulait pas le voir ? Et si elle considérait qu’ils n’étaient pas encore assez proches pour qu’il se permette de venir ? Uhm… Soudain, il eu envie de forcer les portes de l’ascenseur et dans sortir immédiatement. Mais bon maintenant, il était là… Il avait déjà fait tout ce trajet, et il n’allait pas se contenter à attendre dans un coin. Non, maintenant qu’il était là, il irait la voir. Pourtant il y avait quelque chose d’autre… Pourquoi prenait-il la peine d’y aller, de ramener James, pour finalement ne pas allait voir Alyson ? S’était des plus illogiques.

-Je ferais tout mon possible pour Alyson.

Il respira un bon coup au même moment ou les portes de l’ascenseur s’ouvrirent. Le soi-disant copain de Brian, dont il ne connaissait toujours pas le nom, le laissa sortir puis lui désigna une jeune fille type asiatique à l’autre bout du couloir. La meilleure amie d’Alyson…

-Uhm d’accord et toi tu vas rester là ? Tu devrais venir je suis sur que ça ferait plaisir à Alyson que tu v…

Il n’eu pas le temps de finir sa phrase car la meilleure amie d’Alyson était arrivée à leur hauteur et sa grande surprise elle appelle le copain de Brian, Brian. Oh, oh oh ! Il s’est bien foutu de sa gueule le mec. Un ami à Brian tu parles… Alors lui s’est Brian, et s’est l’ex d’Alyson. C’est pour ça qu’il voulait savoir si il avait couchait avec…. Il était conscient de ne pas être au courant de toute cette affaire. D’ailleurs il ne savait pas ce qu’avait Alyson. Mais il était sur que Brian n’était pas blessé comme venait de le suggérer la meilleure amie d’Alyson. Il se tourna vers Brian.

-Brian… ?! J’aimerais bien qu’on m’explique ce qui se passe. Quelqu’un pourrait enfin me dire ce qu’à Alyson ? Pourquoi tu prétends être un « ami » de Brian alors qu’elle vient de t’appeler comme ça… Je… Merde.

Et s’était dans ce genre de moment qu’il regrettait sa Californie, loin de tout ses coups foireux et ses embrouilles.


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Mar 9 Mar - 23:00

Plus la petite chinoise avançait pres d'eux, et plus Brian sentait le danger montrer le bout de son nez. Non pas le danger, juste que... bah franchement, comment Elea pourrait-elle savoir qu'il se faisait passer pour quelqu'un d'autre, hein ? Il crut un instant qu'il allait faire gentiment demi tour, mais ca aurait été tres mal venu. Genre elle arrive, et il se barre. Enfin bon, il resta là. Il était venu ici pour une chose, enfin, une personne, Alyson. Alors quoi qu'il arrive, il resterait.
Et BAM ! «  Brian » Bon alors la, sa couverture était foutue. Il prit une grande inspiration en tenant entre ses doit l'arrete de son nez, cachant son visage dont les traits s'étaient serrés. Bon alors, comment il allait se justifier qu'il était bien Brian... mais apres tout, peut etre ne savait-il pas ce qu'Alyson pouvait lui reprocher. Oh et puis merde, comme venait de le dire James d'ailleurs. Avant qu'Elea n'ait la bonne idée de l'ouvrir encore une fois, Brian se mit a sourire légèrement.

- T'emballe pas mec, Brian Taylor n'a pas déposé la copyright sur ce prénom a ce que je sache. Il fixa Elea pour la dissuader de dire quoi que ce soit, et reprit : Alyson a eut un petit problème mais je la connais assez pour savoir qu'elle n'aime pas qu'on la prenne en pitié, donc considère que ce qu'elle a eut n'est pas grave. D'ailleurs, je pense qu'elle préfère cette situation...

Il haussa les épaules ignorant la réponse. Et la sienne. Qu'aurait-il préféré? Oh, Brian n'était pas vraiment enfants. Comment un gamin pourrait en elever? Il n'envisageait jamais cette éventualité, parce que de nos jours, tout permettait de ne pas en avoir. Mais maintenant que ca avait été presque le cas? Si elle l'avait eut pour de vrai? Il doutait sérieusement qu'il serait parti du genre «  demerde toi avec ton mioche ». Cet accident montrait il vraiment que plus rien ne pouvait les unir, qu'il ne partageraient plus rien dorénavant? Un homme, probablement médecin, sorti de la chambre d'Alyson et fit un signe aux trois étudiants.

- Allez s'y je vous rejoins.

Sans attendre, il les quitta et parti attendre ce médecin au coin du couloir, a l'abri des regards.

S'il vous plait, comment... comment va Alyson? Demanda-t-il assez brusquement lorsqu'il le croisa.
- Vous etes?
- Hm... un..un ami...
- Vous savez apres ce qui lui est arrivé il y a peu de temps, je n'ai pas vraiment le droit de parler de sa vie privé a n'importe qui. Si vous etes un ami, pourquoi ne pas aller la voir elle plutot que moi?
- Je vous demande pas la lune bordel, juste comment elle va, moralement, physiquement. C'est un diagnostic trop dur pour vos compétences ou vous allez me donner les réponses que j'attends ???
s'impatienta Brian sans élever la voix.
- Allez la voir, conclut le docteur en quittant le jeune homme.

Facile a dire, maugréa-t-il en se dirigeant vers la chambre. Une chance, la porte était restée ouverte, il resta donc dans le couloir, épaule appuyée contre l'encadrement de celle ci, a l'abri des regard, du moins, presque. Les bras croisés, il observait la jeune femme dans le lit avec une douleur dans le ventre qui le rongeait comme de l'interieur.
La réplique de James lui revint en tete. -Je ferais tout mon possible pour Alyson. . Il y tenais, c'était certain. Mais Brian était-il prêt a laisser quelqu'un d'autre prendre sa place pres d'elle? Quand il la voyait, là dans son lit, il ne pouvait que penser oui. Oui, et malheureusement oui. Même sans l'approcher, il arrivait encore a lui faire du mal a cause de leur passé. C'était quoi la suite ?
Il resta un moment les yeux rivés sur elle, pensif, absent, écoutant d'une oreille les étudiants a l'intérieur de la pièce.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 28

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Mer 10 Mar - 15:53

( J'attends encore une réponse et je rép, pasque si on me parle pas, c'est bête xD )




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Mer 10 Mar - 18:43

Bon s’est vrai, il s’était emballé. Brian, il y en avait cent cinquante des Brian… N’empêche que s’était louche. Beaucoup trop louche pour qu’il puisse croire le Brian se trouvant à côté de lui. Mais bon, peu importe. Si ce mec prenait plaisir à lui mentir, pourquoi bon lui briser ce moment de bonheur ? Lui, en moment même il avait autre à faire que de se soucier si ce mec lui balancer des mensonges dans la gueule. Bien qu’il n’appréciait pas ça du tout. Il fut un temps, il se serait pointé avec sa bande de pote et aurait insulté le mec de tous les noms possibles. Sauf que ce temps là, il fut. Il n’était plus. James jeta un coup d’œil à l’heure sur son portable. A cette heure là, ses potes devaient certainement être sur leur planche de surf en train de … surfer. Son frangin Damon devait certainement être en train de draguer ou sauter tout c’qui bouge. Pfff… Qu’est-ce qu’il était crétin Damon. En y réfléchissant bien, si Damon avait été James et que Damon était nouveau ici, à la NYU toutes ses rumeurs sur la vie sexuelle de James serait sans doute vraie et encore les choses seraient légèrement atténuer. A seulement 16 ans, non pardon 17 ans, c’est qu’il devient grand le gamin, il a déjà gouté à toutes sortes de filles. Jusqu’à coucher avec la mère d’une de ses amies. M’enfin, s’était sa vie… Alors hein. James lui avait juste dit de faire attention, de ne pas prendre trop de plaisir à dépuceler toutes les gamines de Californie et de ne pas s’attacher aux vieilles peaux… En vain. Enfin bref, toutes ses pensées pour simplement penser qu’ici s’était complètement différent… Ouais, la vie de Damon n’avait strictement rien à voir avec Alyson, mais s’était du James ça. Penser à quelque chose totalement hors sujet. Enfin… Quoi qu’il en soit ce Brian, ne lui disait rien de cool. Sa aurait pu faire un ami en plus, mais non. James se dit que moins il le verrait, mieux se serait. Un genre d’instinct masculin x)
Il regarda le médecin sortir de la chambre qui devait être celle d’Alyson et sur les conseils de Brian… Ouais, n’importe quoi lui. Il n’a pas confiance en Brian mais il suit ces conseils >.<… Il se dirigea vers la prote incitant d’un geste la meilleure amie d’Alyson à le suivre.

-Uhm… Je crois que c’est à nous…

Il poussa la porte de la chambre d’Alyson et laissa son amie entrer en première avant de la suivre. Ces yeux se posèrent sur une Alyson… une Alyson. Il était incapable de trouver les mots. En tout cas, s’était une Alyson qui lui était totalement inconnu. Enfin s’était surtout l’expression sur son visage qui lui était inconnu. Et tout ce blanc autour d’eux ne faisait rien pour arranger. James s’approcha de lit, s’apprêtant à la rejoindre, mais finalement s’arrêta restant planter debout au milieu de la chambre. A mi-chemin entre la porte et le lit. Ca ferait trop précipité s’il se « jetait » sur son lit pour prendre de ses nouvelles, non ? Alors, non, il resterait là… Il la regarda et lui lança un petit sourire. Se sentant complètement bête, il n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle avait et donc ne savait pas quoi lui dire.

-Euh… Tu vas bien ?

Pff quelle question espèce de STRING crétin ! Si elle est à l’hôpital, c’est qu’elle a quelque chose et qu’elle ne va pas bien. Sa t’arrives de réfléchir parfois ? James s’auto-donna un coup à la tête de manière pas très discrète et lança un nouveau petit sourire en guise d’excuses.

-Excuse-moi… Si t’es là, c’est que quelque chose ne vas pas bien. Et moi, comme un crétin je…

Il se souvint de sa réaction lors de leur première rencontre dans cette boite de nuit, ou il avait voulu l’aider, la plaindre et qu’elle avait soutenu que tout allé bien alors que s’était complètement faux. Et la remarque de Brian…

-… Mais t’es une battante, alors t’y arriveras, hein ?

Ouais, elle y arrivera ou pas. Tout dépend de ce qu’elle a…


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 28

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Jeu 11 Mar - 19:35

Avant, lorsque ses parents rentraient chez elle, Alyson éprouvait une drôle de sensation. Comme si de son côté, elle avait pressenti leur arrivée. Et lorsqu'elle regardait par la fenêtre, et bien, ils étaient là. Et là, depuis quelques secondes, dans cet chambre d'hôpital, Alyson ressentait cette même impression. Sauf que cette fois-ci, ce n'était pas l'arrivée de ses parents qu'elle avait pressenti mais celle de ... Quelqu'un d'autre. Pas besoin d'être très intelligent pour le comprendre. De qui elle parlait. Mais elle ne savait pas comment se sentir face à cela. De toute façon, elle ne savait plus beaucoup de choses ... En quelques minutes - n'oublions pas qu'elle ne connait son état que depuis quelques minutes - Alyson avait l'impression d'avoir prit trente ans d'un coup. Et à 49 ans, est-ce que l'on se sentait encore émoustillée à la présence de la personne que l'on chérissait ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non ? Est-ce qu'à 49 ans, on avait l'impression d'avoir vécu cent vies, d'être passée par un nombre incalculable d'épreuves ? Est-ce qu'on avait l'impression d'avoir vécu mille morts ? Et est-ce qu'à 49 ans, on aimait encore notre premier amour ?
Peut-être bien que oui, peut-être bien que non.
Ses cheveux ondulaient légèrement sous la petite brise qui s'infiltrait par la fenêtre, alors que son regard était rivé sur le dehors. Les rayons du soleil se reflétaient sur les murs blancs de la chambre, semblant presque se moquer du désarroi d'Alyson. Même le temps ne voulait pas être en accord avec elle. Est-ce qu'une femme avait eu un enfant aujourd'hui ? Ou peut-être qu'une autre était en train de se balader, quelque part, avec la personne qu'elle aimait.
Pourquoi les choses n'étaient jamais simples pour Alyson Gauthier ?
Lorsque la porte s'ouvrit, Alyson n'esquissa aucun mouvement, pour essayer de voir qui venaient lui rendre visite. Cela lui semblait tellement dérisoire à côté de ce qu'elle ressentait ... Presque inutile. Comme sa vie, de toute manière. Utile qu'à faire chier.
Alyson pivota néanmoins légèrement la tête, ses yeux continuant la course vers ceux de son visiteur. James. Avec les trente ans qu'elle avait prit, Alyson avait l'impression que cela faisait des lustres et des lustres qu'elle ne l'avait pas vu. Son ... Ami. Elle ne contredirait pas le fait qu'il était indéniablement beau, et très attirant. Ce garçon la " touchait " émotionnellement parlant. Mais voilà. Alexandre avait un jour dit à Brian que lorsqu'il n'était pas là, Alyson l'avait attendu, sans s'intéresser à personne d'autre que lui. Et bien là, c'était un peu la même chose. Elle aimait encore Brian, à son grand regret. Elle s'en voulait de ne pas pouvoir l'oublier. Alyson se demandait si elle n'était pas folle. C'était un peu bête, mais c'était tout de même ça : folle d'amour. Une telle chose devrait être interdit. Elle ne devait plus l'aimer. Un amour aussi vain ne pourrait l'emporter que dans un mur. Ca lui faisait penser aux amants maudits, qui ne pourraient être ensemble que dans une autre vie. Sauf que là, l'amour n'était pas réciproque. Peut-être que si elle n'était pas aussi amoureuse, Alyson n'aurait pas cru aux paroles de Brian, peut-être qu'elle aurait eu moins " confiance " en lui, et peut-être qu'alors, ils seraient encore ensemble ? Changer une expérience causait des événéments qui eux causaient tant de possibilités ... Alyson, au début de sa vie, avait semblé avoir choisi la case malheur. Et ce pauvre truc n'était que la victime, le fruit de sa piètre existence. Heureusement qu'il n'était pas né. Alyson se serait attachée à lui, et aurait causé sa perte. A moins qu'un enfant soit vraiment capable d'éclairer la vie de quelqu'un ...
Retournée par toutes ses pensées, Alyson ne se sentait pas le coeur à rire à la maladresse de James. Alyson avait pourtant la colère aussi facile que le rire. Mais là ... Les deux semblaient s'être annulé, et créer un trou. Additionné aux autres, Alyson n'était plus qu'un trou béant, un trou noir. Seul, dans les ténèbres, son coeur battait, faiblement. Perdu. Cherchant sa route, sans jamais la trouver, s'enfonçant, toujours plus. Disparaissant. Pour finir par mourir, un jour. Elle redeviendrait poussière de toute manière ...
La bouche un peu pâteuse, Alyson ne fit que la remuer dans un premier temps, et finit par dire, la voix si faible qu'on aurait pu penser qu'il s'agissait d'un chuchotement.

- La question est ... de savoir si ... j'ai encore ... envie de me battre ... Pour quoi ?

Pour quoi se battrait-elle ? Pour qui ? Pour elle ? Mais elle n'attendait plus rien d'elle. Plus rien. Rien. Rien. Malgré tout ce discours, Alyson n'avait pas en tête de se suicider, de faire une depression, devenir anorexique, boulimique ou quoi. Elle était juste en pleine remise en question. - Un peu depressive quand même là hein -. Que pouvait-elle bien faire maintenant, pour sortir de là où elle avait atterrit ? Ne plus être avec Brian semblait l'avoir blessée plus qu'elle ne le pensait ...
Son estomac contracté, ses reins martelés par l'effort, Alyson se redressa, seule, et pivota, de sorte à ce que ses pieds touchent le sol. Elle sentait une douleur intercostale, comme si l'effort qu'elle fournissait était de l'ordre du divin. Les poings serrés, Alyson se releva, manquant de tomber à deux reprises. D'un regard, elle interdit à Eléa et James de lui venir en aide. Elle n'était pas handicapée et pouvait très bien se débrouiller toute seule. Peut-être était-ce cette façon de penser qui l'empêcher d'avancer ? " Seule. Je vais y arriver seule ". Quelque soit le sujet. Elle avança un pied. Et puis l'autre. Son souffle était légèrement erratique, proie à une léger essoufflement. Elle s'approcha de James et serra son tee-shirt dans une main, son regard se plongeant dans le sien. Il n'y avait pas de trace de souffrance. Juste qu'il exprimait à quel point Alyson était perdue. Elle resta ainsi quelques secondes et finit par se détourner, et serra Eléa dans ses bras. Elle lui murmura quelque chose dans l'oreille, mais c'était si faible que certainement, seule Alyson l'avait entendu. " Pourquoi ? ". Le tableau donnait l'impression qu'elle était appelée pour partir à elle ne savait quelle guerre. Une guerre perdue d'avance, quoiqu'il en soit.
Tout ce qu'elle voulait, c'était confirmer cette impression qu'elle avait. Cet espèce de coeur serré, lorsque Brian était là. Pas très loin. En s'appuyant contre le mur, elle alla vers la porte, traînant derrière elle le boulet de son errance perpétuelle. Etait-ce un fantôme en quête du paradis, un ange déchu, ou juste Alyson. " Il m'appelait mon ange ... Mais tout ça n'était qu'un mensonge. L'ange n'a jamais atteint le paradis. Il était tout ce temps ... En enfer ". La main tremblante, plus à cause de sa fatigue que par peur, Alyson tira la poignée, faiblement. Elle ne vit que Brian à moitié. Voir qu'un seul de ses yeux, qu'un bout de ses lèvres, qu'une seule de ses mains. Tout ça lui était suffisant. Bizarrement, Alyson ne se sentit plus perdue. Un savant mélange de colère, d'amour et de profonde tristesse lui étreignait le coeur. A côté de la pâleur maladive d'Alyson, Brian semblait presque briller à côté d'elle. Alyson plissa un peu les yeux, comme un fou perdu dans sa propre illusion. Fatiguées, ses jambes cédèrent sous son poids, et elle se retrouva à terre, à genoux, les mains sur le sol. Donnant presque l'impression du serviteur qui s'inclinait aux pieds de son maître. Alyson releva la tête, et fixa le regard bleu de Brian de ses yeux vides et ternes.

- Est-ce que tu es content ?

Lui aurait-il ressemblé ? Si cela avait été le cas, cet enfant aurait certainement été magnifique.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Jeu 11 Mar - 20:11

Pourquoi restait-il la? Il l'ignorait. Alyson était en vie, elle était avec ses amis, n'était-ce pas ce qui aurait du le satisfaire? Peut-etre parce que les paroles qu'il entendait ne lui plaisait pas. Parce qu'il la voulait battante. James n'avait pas eu tord, elle l'avait toujours été, face a tout. Pourquoi ce changement de comportement? Elle traversait de mauvaises passes, c'était tout, tot ou tard, sa vie prendrait un autre tournant et s'illuminerait, la sortirait de ce trou dans lequel elle creusait chaque fois un peu plus, plus profond. Mais lui? Devait-il demeurer dans ce carrefour? Si elle empruntait cette voie, elle se retrouverait dans une impasse. Il n'était pas celui qui la mènerait quelque part, a son plus grand malheur.
Il ne voyait de la salle que le lit de la jeune femme, et les quelque centimètre qui l'entourait. Quand elle disparu de son champs de vision, il ferma les yeux. Dans ses bras croisés, ses poings étaient fermement serrés ce qui faisait vibrer son épaule contre le mur. Pourquoi était-il incapable d'être celui qui la méritait? Quel était le prix pour le devenir? Il l'aurait donné, il l'aurait trouvé, il aurait tout fait pour avoir cette chance. Il ouvrit de nouveau les paupières et essayait de se calmer, de ne pas etre tendu ainsi, en attendant qu'elle revienne sur le lit pour la revoir. Pourquoi la laissaient-ils se tenir debout? Pourquoi Elea, pourquoi James ne l'avait pas obliger a se recoucher..? Il aurait trahis sa présence en entrant et en l'y contraignant. Elle ne devait pas savoir qu'il était la, c'était mieux pour elle. L'ignorer était dur, mais faisable, a l'université il évitait a tout prix de se retrouver au meme endroit qu'elle, dans le meme couloir, au parc, en ville. Partout, il était la ou elle ne pouvait etre. Pourquoi ne retournait-elle pas dans son lit? Qu'attendait-elle? Une vague d'inquiétude l'envahissait de plus en plus, au fur et a mesure que les minutes l'éloignait de son lit.
Soudain, il comprit Jarod. Enfin, il eut l'impression de recevoir un coup de jus quand il l'aperçu pres de la porte. Un électrochoc. Il était comme paralysé. Quand elle tomba au sol, il observait encore devant lui, incapable de bouger. Quand cette effet se dissipa, ses yeux roulèrent vers le bas et tombèrent sur elle. Elle avait l'air si malheureuse, si mal en point, si anéantie.. peut-etre que s'il avait assumé ces paroles et qu'il ne l'aurait pas fuit, il s'en serait aperçu. Peut-être qu'il lui aurait dit qu'il regrettait et qu'il ne le pensait absolument pas, qu'il l'aimait du plus profond de son être, qu'elle était tout pour lui, et qu'il lui aurait expliqué la raison de ces paroles. La remarque qu'elle lui fit ne le braqua meme pas. Il fit un pas incertain vers elle en dénouant ses bras, près a l'aider a se relever, a la serrer dans ses bras, mais renonça. Aurait-elle refusée ce contact? Inutile de la pousser a user de ses dernières forces pour se débattre. James n'avait cas le faire, il le pouvait, elle l'aurait sans doute toléré, lui aussi. En apparence.
Tu es content. Croyait-elle que cela était un tant soit peu possible? D'une voix calme, il lui dit, en guise de réponse.

- J'imagine cacher tres mal le fait d'etre aux anges alors.

Un simple Non aurait sans doute suffit, mais c'était Brian apres tout... Puis après une leger inspiration douloureuse, il lui demanda d'une voix douce et prèsque autoritaire.

- Lève toi, et retourne te coucher, s'il te plait...

Il entra dans la pièce et la contourna, mettant toute sa volonté a contribution pour ne pas l'aider a le faire, pour ne plus avoir a agir sur elle, pour elle. Il aurait été capable de ne plus la lacher une fois contre elle. Il regarda Elea et James en avançant pres du lit, dos a Alyson et leur murmura sans parler, simplement en bougeant les levres " aidez la..", accompagné d'un leger mouvement de tete la désignant.
Il tira la couverture du lit jusqu'au bout et remit en place l'oreiller afin que le lit soit pres a l'accueillir. A son attitude, on voyait qu'il la fuyait encore, meme dans cette piece, par ses gestes, et pas ses regards portés sur tout, sauf sur elle. Il ne pensait meme pas a sa fausse identité. Pourquoi aurait-elle parlé de la sorte a un simple ami de Brian, pourquoi un simple ami de Brian aurait agit ainsi? Tant mieux si James comprenait, ca lui éviterait de mentir inutilement.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Eléa Robert
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 13/10/2009
Age : 24

Personnage
Dortoir: Aucun
Années écoulées au sein de la NYU: 1
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Ven 12 Mar - 8:10

Eléa ne comprit pas au départ ce qu’il se passait entre Brian & son ami, qui semblait ne pas l’être du tout. Mais suivant son intuition & écoutant attentivement leur conversation échangée, Eléa supposait que Brian s’était fait passer pour un autre Brian & que James ne savait pas que c’était le fameux Brian. Mais pourquoi avoir mentit & qui était alors ce James ? Eléa secoua sa tête, ce n’était pas le moment de se poser ce genre de question & puis c’était leur problème pas le sien. Eléa lança un regard en arrière comme si le temps lui était compté & elle aperçu un médecin sortir de la chambre d’Alyson. Elle voulut courir à ses côtés pour lui poser tout un tas de questions mais il leur fit signe d’approcher comme pour dire que la voie était libre. Eléa ne se fit pas prier & suivit James dans le couloir. Arrivée au seuil de la porte, Eléa n’osa pas entrer de peur de ce qui se trouver à l’intérieur. Elle n’avait pas peur d’Alyson, non, elle avait peur de ne pas être assez forte pour soutenir le regard d’Alyson. Elle avait le cœur qui se serré & était au bord des larmes mais ce n’était pas le moment de fondre en larmes, elle devait d’abord faire face à Alyson & être courageuse pour elle. Comme l’avait dit Brian, elle ne devait pas montrer sa pitié envers Alyson, elle devait tout simplement faire comme si tout aller bien. Elle hésita un long moment, puis voyant que James était déjà à l’intérieur, elle se glissa à l’intérieur sans faire de bruit.
Ce qu’elle vit, ce n’était pas ce qu’elle s’était imaginée, c’était bien pire. Ce n’était pas la Alyson qu’elle connaissait, la Alyson souriante, la Alyson pleine de vie, non ce n’était pas celle là, c’était une tout autre Alyson, une Alyson qu’elle n’avait encore jamais vu. Elle était allongée sur le lit, tel un ange endormi, ses cheveux blonds ondulants tout le long de son visage. Elle était si belle mais cette beauté n’était qu’une illusion. Alyson semblait être sans vie, comme s’il ne restait plus que son corps pour signaler qu’elle était encore là & rien de plus. Eléa voulut détourner le regard car cette vision d’elle était bien trop forte. Alyson avait tellement maigri qu’on aurait dit qu’il ne lui restait plus que ses os. Son regard exprimait un tel sentiment de souffrance qu’Eléa faillit la prendre dans ses bras mais elle avait peur de lui casser un membre. Eléa avait dut mal à rester les yeux rivés sur elle, le cœur se serrant de plus en plus. Quand Alyson parla enfin, sa voix était si faible qu’Eléa avait faillit ne rien entendre du tout. Elle était attristée de voir Alyson comme ça, elle aurait tant voulu l’aider, mais que pouvait-elle faire ? Rien à part la soutenir du regard & être à ses côtés. Elle n’avait jamais eu affaire à ce genre de situation & ne savait pas du tout comment se comporter. En faite, en présence d’une Alyson déboussolée, elle ne savait pas vraiment ce qu’elle devait faire. Elle savait très bien qu’Alyson détestait qu’on ait pitié d’elle & qu’on puisse la consoler mais comment devait-elle réagir alors face à ça. Eléa avait la gorge nouée par des sanglots qui tentaient vainement de monter. Quand Alyson se leva doucement, elle eut l’impression qu’elle allait basculer en arrière & elle aurait couru à son secours si seulement elle ne lui avait pas lancer un regard qui voulait tout dire. Eléa était donc restée planter dans la chambre, subissant sa faiblesse & ne faisant que la regarder. Elle ne pouvait rien faire où Alyson allait le lui réprimander. Elle aurait voulu lui crier de repartir s’assoir car elle était bien trop faible pour marcher à présent mais les mots restaient au bout de sa langue sans être prononcer. Eléa analysait chacun de ses pas, craignant qu’elle tombe à la renverse. Elle était prête à lui venir en aide à tout moment. Quand Alyson pivota vers elle, elle eut un sursaut de surprise. Elle se pinça la lèvre inferieur & s’obligea à ne pas pleurer maintenant, elle aurait tout le temps de le faire quand elle sortira de cette chambre qui semblait être à présent une prison. Alyson vint d’elle-même dans les bras d’Eléa, ce qui eut le don de la surprendre encore plus, ce n’était pas dans ses habitudes. Elle hésita avant de la serrer à son tour. Cela faisait tellement du bien de pouvoir la tenir dans ses bras & de sentir son odeur de cannelle. Eléa eut un petit couinement de détresse quand Alyson posa cette question, cette simple question qui pourtant n’était pas anodine. Eléa n’avait pas de réponse à lui procurer & elle en était désolée. Elle eut du mal à se résoudre à la lâcher comme si en dehors de ses bras il risquait de se passer quelque chose. Elle l’observa encore & encore, sans bruit. Alyson ouvrit la porte, comme si elle savait que Brian se trouvait sûrement derrière. Était ce vrai que les personnes réellement amoureuses pouvaient sentir la présence de leur compagnon à des kilomètres à la ronde ? Il semblait que c’était le cas pour Alyson. Alyson tomba subitement & Eléa écarquilla les yeux, mettant ses mains sur sa bouche pour ne pas crier. Etrangement, Eléa n’arrivait pas à bouger comme si elle était clouée au sol. Une petite larme coula doucement sur sa joue mais elle l’enleva aussi vite que celle-ci était arrivée. Elle
lorgna vers la porte, Brian était à présent lui aussi dans la chambre face à Alyson. Eléa pensa qu’il allait l’aider, & c’Est-ce qu’il s’apprêtait sûrement à faire mais au dernier moment il ne le fit pas. Eléa lança un regard haineux à Brian, mais qu’Est-ce qu’il lui prenait ? Il ne voyait donc pas qu’Alyson souffrait & qu’elle était presque allongée par Terre. Avait-il un malin plaisir à la voir souffrir ? Ou se cachait il tout simplement derrière un masque de marbre.? Eléa n’attendit pas que Brian lui dise de l’aider pour partir le faire. Elle se dirigea vers elle, la prit sous son aile, comme elle l’avait fait dans la rue, & la porta. Même si elle ne voulait pas de son aide, Eléa l’emmena jusqu’à son lit & la plaça lentement. Elle mit la couverture sur elle & déposa un léger baiser sur son front, comme toutes les mères qui le font avec leur propre enfant. Elle prit la main d’Alyson dans la sienne & s’installa sur la chaise qui était près du lit. Elle resta un moment à l’observer, ne sachant pas quoi dire. Elle prit une longue inspiration avant de parler.

- Je ne vais pas te demander si tu vas bien, car je suppose que la réponse sera négatif. ; elle fit une pause puis reprit ; Tu. . .tu veux qu’on reste ou Bien on te laisse te reposer ?
Revenir en haut Aller en bas
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Ven 12 Mar - 12:50

Tout devenait clair pour lui. Il y avait la meilleure amie, l’ex, la malade et lui. La meilleure amie restait muette, compatissant à la souffrance de son amie, ne sachant quoi faire. L’ex voulait rester à l’écart. La malade souffrait horrible. Et il était au beau milieu. Ce chuchotement résonnait encore dans sa tête « La question est ... de savoir si ... j'ai encore ... envie de me battre ... Pour quoi ? ». Il avait eu envie de la corriger. La question n’était pas « Pour quoi ? » Mais « Pour qui ? ». Il avait envie qu’elle sa batte, il avait envie que ce soi pour lui. Même si il s’avait parfaitement que si elle se battait, ça ne serait pas pour lui. Mais qu’elle le fasse, peu importe pour qui. Que ce soit pour son amie, son frère ou ce Brian. Du moment qu’elle se battait. Du moment qu’elle faisait tout pour rester auprès d’eux.
Alyson s’était levée et venait de saisir son tee-shirt plongeant son magnifique regard dans les yeux sombres de James. Voyant avec quelle difficulté elle exécutait ce geste, il avait eu envie de la prendre contre lui, de la consoler. Au lieu de cela, elle resta là à la regarder. Etant totalement incapable de bouger de faire quoi que se soit d’autre que de regarder à quel point elle était mal. Alyson abaissa son regard et fit quelques pas vers la jeune asiatique la serrant dans ses bras. Sans la quitter du regard, James se laissa tomber assis sur une chaise dans le coin de la chambre complètement incapable d’exécuter un autre geste.
Il eu un haut le cœur en la voyant s’effondrer à genoux. La voir aussi mal au point, aussi impuissante le rendait malade. Ou était donc passer la jeune femme aux pommettes bien roses, toute souriante ? Ou était Alyson ? Et qui était cette personne amaigrit pâle et faible qui avait pris sa place ? Qui était cette personne qui s’adressait à Brian en lui demandant s’il était content. Ou était sa Alyson ? James baissa la tête et la prit dans ses mains incapables de continuer à regarder cette scène. Il avait envie de se lever de l’aider à se relever. Mais Brian allait sans doute le faire. James se sentait totalement inutile ici. Totalement inutile dans un monde inconnu ou la seule personne qu’il connaissait et qui lui était chère était méconnaissable. Comme cauchemar, s’était de loin, comme de près le plus horrible qu’il avait du faire. Hélas pour lui, pour elle, se n’était pas un cauchemar.
La haine l’envahit quand il entendit les propos de Brian. Sa manière de s’exprimer, de parler à Alyson. Mais merdre, comment faisait-il pour pouvoir s’adresser à elle comme ça ? Sans même réfléchir, il se leva et fonça droit vers Brian prêt à la taper jusqu’à ce qu’il souffre autant qu’Alyson devait souffrir. Mais au dernier moment, quand il vit Alyson regagner son lit à l’aide de son amie, il serra ses poings le long de son corps et se retenu. Alyson souffrait déjà suffisamment, elle n’avait pas besoin de voir ce genre de chose. Il laissa échapper un long et grand soupire. Pas de lassitude, plus un soupire pour laisser sa colère s’évaporer. En vain, car au fond tout au fond, il bouillonnait encore ce demandant pourquoi et comment se mec était capable de donner des ordres à Alyson alors qu’elle n’allait pas bien. Il lança un regard méprisant à Brian et regagna la chaise dans le coin de la chambre. Son regard fixait sur le visage d’Alyson. Puis sur sa main dans celle de son amie. C’est minable à penser surtout dans ce genre de moment, mais il était un peu jaloux. Jaloux que ce ne soit pas sa main qui tienne celle d’Alyson. Et sa jalousie lui fit comprendre que malgré tout ce qu’il pouvait éprouvé pour Alyson - Parce que oui, il éprouvait des choses pour elle – il n’était rien pour elle. Malgré tout ce qu’il pensait, il ne partageait sa vie que depuis peu de temps et ne savait rien sur elle. Il était juste un minable garçon de Californie qui avait eu l’énorme de chance de rencontrer une jolie et gentille serveuse dans une boite de nuit. Et il s’avérait que la jolie serveuse était dans la même université que lui. Puis, le minable garçon s’était lamentable attaché à cette serveuse sans même la connaitre véritablement. Sans même savoir qu’elle avait une meilleure amie ou qu’elle était mal en point à cause d’une rupture… Soudain James se rendit compte que peu importe la tournure que prendrait la venir. Il serait toujours le minable garçon rencontré après l’horrible rupture… Sans doute rien de plus. Car la jolie serveuse avait le cœur en miette, et quoi qu’il fasse, jamais il ne pourrait rassemblait toutes les miettes et les recoller entre elle. Seulement une partie. Il y aurait toujours des séquelles. Toujours. Il n’avait pas la moindre idée de comment ça allait se passer, maintenant comme dans une semaine. Alyson allait-elle répondre à son amie en lui disant qu’elle voulait qu’il parte. Ou voudrait-elle qu’il reste ? Tout ce qu’il savait, c’est que jamais il ne pourrait se permettre d’éprouver un sentiment amical envers ce Brian. Un homme qui était capable de réduire Alyson à l’état de… ça, ne pouvait être son ami.
Alyson, Alyson, Alyson. Ce prénom sonnait dans sa tête et n’eu qu’autre pour effet de rendre ses yeux un peu plus humides qu’ils ne l’étaient. En véritable homme, il aurait sans doute du avoir honte d’éprouver autant de tristesse et d’en venir aux larmes – malgré que celles-ci ne se déversent pas sur ses joues – mais l’heure n’était pas à « Dois-je avoir honte ou pas ? » ; « Dois-je contenir mon désarroi ? ». La question était « Aura-t-elle la force et le courage de rester ? ».
Instinctivement il se leva et alla se poster près du lit, en face de l’amie de la jeune femme. Il la regarda, en silence, passa sa main dans la chevelure claire d’Alyson lui caressant les cheveux. Il ouvrit la bouche mais aucun son n’était capable de naitre dans sa gorge et de sortir de sa bouche. Il se contenta donc de la refermer et continua à lui caresser les cheveux, attendant la réponse à la question que la jeune asiatique, dont il ne connaissait toujours pas le prénom, venait de poser.


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Ven 12 Mar - 21:54

Quand les yeux du brun eurent fini de détailler chaque partie de la chambre deux fois, il se dirigea vers la fenêtre, ignorant le regard de James qu'il sentait peser sur lui. C'était plutôt bien, qu'un proche d'Alyson le déteste. James serait comme la gifle dans la figure que l'on prend lorsqu'on est en pleine crise d'hystérie. Si Elle en venait a encore le voir comme quelqu'un qui la méritait, il la ferait surement changer d'avis. Il le désirait autant qu'il détestait cette idée. Pourquoi chez les autres, tout était si simple? Était-ce sa faute, cherchait-il toujours plus compliqué que ca ne l'était? Le vent passait doucement par la fenêtre, faisant danser légèrement ses cheveux en désordre, alors qu'il fixait les arbres de la cour. Il se montra attentif a la question d'Elea, envisageant très bien une réponse du type " vous pouvez rester, sauf Brian, casse toi." Après tout, il n'avait pas eut tord, elle n'avait pas paru très enchantée de le voir ici. C'était légitime. Une sensation étrange lui provoqua un frisson qui l'obligea a détourner a peine la tete, juste assez pour voir ce qu'il se passait derriere lui. Cette vision ne lui plut pas. Il n'avait pas le droit. James n'avait pas le droit d'etre si proche d'elle. C'était sa place, a lui. Il se ressaisit et fit de nouveau face a la vitre, restant silencieux.
Etre encore jaloux ne le mènerait nul part, si ce n'était a montrer a Alyson a quel point ses décisions étaient lunatiques. Ayant du mal a ne pas serrer les poings, il croisa encore une fois ses bras.
Il avait souvent réprimandé Alyson lorsqu'elle tentait de se mettre a sa place, de voir ce qu'il se passait dans sa tete, pourtant, de son coté, ce n'était pas faute de le faire souvent, comme tout de suite. A quoi pouvait-elle bien penser? Il ne faisait pas l'impasse sur le fait qu'elle devait encore se sentir coupable, que la misère du monde ne semblait que pour elle, comme d'habitude. Il ne conciderait pas son ex comme une espèce de Caliméro, à geindre continuellement, juste comme une personne sacrément défaitiste, et probablement, en ce moment même, au bord de la dépression. Et ce James...
Il allait bien devoir le tolérer, après tout c'était lui qui l'avait emmené ici. Oui, Brian était bien trop lunatique, véritablement. Il se retourna et s'adossa contre la fenêtre, gardant les bras croiser contre son torse, observant les trois étudiants comme un tableau dont il se voulait exclus. Ce n'était pas son histoire, il n'avait rien a apporter dans cette scene. Et puis, comme devant la porte ses yeux se portèrent sur elle et n'en bougèrent plus. Malgré son état, elle restait belle. Elle restait celle qu'il aimait. Il crut un instant qu'il allait avancer vers elle, retirer cette main du James de son visage, et l'embrasser sans réserve. Cette idée l'aurait presque rire si la vision qu'il avait ne le peinait pas tant. Une image étrange lui vint en tête, a la voir allongée dans cet hôpital. Alyson a la maternité, les sages femmes venant le félicité pour ce joli bébé. Quand il s'approcha d'elle, elle murmura le prénom de James avant de l'embrasser, et la, il se rendrait compte que le père c'était ce type. Il revint brutalement dans la réalité. Bordel, était-il si jaloux de ce mec? Quelque chose en lui lui murmurait d'etre méfiant, ou alors n'était-ce qu'une grosse psychose.
Elle n'avait encore pas répondu a la question d'Elea, et quoiqu'elle fut, Brian comptait bien parler un peu avec Alyson. Si elle voulait se reposer, il serait sorti en dernier pour etre seul un instant avec. Si elle voulait qu'ils restent, il serait repasser plus tard. Après tout, pourquoi resterait-il la? Elle pensait qu'il était heureux de ça, c'est qu'elle n'avait strictement rien compris l'idiote.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 28

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Dim 14 Mar - 12:00

Sous la déclaration de Brian, Alyson écarquilla les yeux, et baissa la tête, alors qu'il lui parlait de cette façon qui lui semblait carrément moqueuse, vu la situation. Et face à ça, face au fait que celui qui l'aimait la traitait comme la pire des sous-merdes - selon elle en tous les cas -, Alyson sourit. Cela était tellement inénarrable et désopilant qu'elle ne put empêcher ce sourire de fleurir sur ses lèvres. Elle était tombée vraiment bien bas. Un petit rire sortit de sa bouche, imperceptible, alors qu'Eléa la tirait vers le haut pour l'emmener vers son lit. Tellement, tellement c*n ... Dans une telle situation, un sourire serait l'équivalent des prémices de la folie mais Alyson ne serait même pas en mesure de contredire cela. C'était fou. Totalement fou. Ses nerfs étaient en train de lâcher, elle le sentait ... Mais.
Allongée sur son lit, Alyson ferma les yeux, le même sourire léger flottant sur ses lèvres. Elle entendit Eléa, mais ne prit pas la peine de lui répondre, du moins pas présentement. Alors qu'Eléa lui serrait la main, Alyson n'exerca aucune pression en retour, comme si elle était inerte, ou plutôt qu'elle n'en avait que faire de cette main dans la sienne. Assez symbolique, tout de même. Les gens sont là, autour d'elle, mais elle les ignore, se conformant dans sa solitude, devenue illusoire. Elle sentit ensuite la main de James, le supposait-elle, dans ses cheveux. La caresse était agréable ... Mais. Peut-être que si le moment était autre, peut-être qu'elle se serait énervée. Si le moment était autre, peut-être qu'elle l'aurait embrassé follement. Mais le moment étant celui qu'il était, Alyson avait juste envie de pleurer. Mais même clos, Alyson le sentait : ils restaient désespérablement secs. Comme si elle était incapable de vider sa peine. Enfin. Pas comme si. Elle ne vidait pas sa peine. C'était une chose qu'Alyson n'avait jamais aimé, et si elle devait le faire, ce n'était qu'avec un " couteau sous la gorge ". Peut-être que c'était cela qui causait sa perte. Cette histoire de toujours garder ses réels sentiments pour elle. Si ça se trouve, elle se serait énervée, se serait énervée et Brian serait resté avec elle ... Mais voilà. Voir ses efforts soldés par des echecs ... Cela lui retirait toute envie de quoi que ce soit.
Et là, ça l'attristait. Parce qu'elle savait que ce n'était pas Brian. La jeune femme leva le bras et attrapa le poignet de James, stoppant ainsi ses caresses. Contrairement à se que l'ont pouvait croire, elle n'allait pas le repousser. Elle remit son bras en place, et prit la main de James dans la sienne. Avait-elle ressentit le doute qui avait prit le jeune homme quelques temps plus tôt ? Possible. Alyson pouvait se montrer assez clairvoyante, quand elle le voulait.
Elle finit par ouvrir les yeux, et son regard tomba directement sur Brian, devant la fenêtre. Pas qu'elle l'avait cherché des yeux, mais il s'avérait que la fenêtre était juste dans sa ligne de mir. Lorsqu'elle le vit, ses doigts commencèrent à exercer une pression sur les mains de ses amis. A ce moment-là, quelque chose sembla lui faire tilt dans la tête. Peut-être que des gens étaient encore derrière elle, et qu'ils attendaient qu'elle se relève. Encore. Toujours. Peut-être qu'elle devait faire un effort ... Son sourire, depuis qu'il était sur ses lèvres, ne s'était pas fâné, et s'agrandit même un peu. Cela n'avait rien de joyeux, mais elle s'échauffait.

- Vous faîtes comme bon vous semble ...

Elle avait répondu normalement, la voix un peu plus forte que tout à l'heure. La réponse pouvait sembler anodine, mais en fait ... Elle considérait ne jamais avoir le choix. Et à chaque fois qu'elle essayait de l'avoir, et bien non, ce n'était pas bien, elle se gourrait. Brian le lui avait si bien montré.
Elle haussa les sourcils un bref instant, et dégagea ses mains de la poigne légère de ses deux comparses.

- En fait, vous pouvez partir, ça va aller. On va pas se regarder dans le blanc des yeux comme t... quatre cons.

( Désolée, ma réponse est merdique X___x )


Edit : J'ai rajouté un p'tit machin à la fin.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Eléa Robert
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 13/10/2009
Age : 24

Personnage
Dortoir: Aucun
Années écoulées au sein de la NYU: 1
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 15 Mar - 13:54

La main d’Alyson était si froide, qu’on aurait dit qu’elle revenait de pôle Nord, mais Eléa gardait quand même cette main dans la sienne si froide soit-elle. Cependant, la réticence d’Alyson la blessait légèrement. On aurait dit qu’elle ne voulait pas de cette main bienfaisante, comme si elle ne voulait pas de son aide, pas de sa présence. C’est vrai qu’Eléa dramatisait la chose, mais elle ne savait pas quoi faire & se sentait inutile face à sa détresse. Elle n’aimait pas voir Alyson dans cet état, elle n’arrivait pas à concevoir qu’elle souffre autant. Eléa baissa les yeux un instant, fermant légèrement les yeux puis les rouvrit & leva sa tête. Elle voulut dire quelque chose mais ce qu’elle vit en face d’elle, l’empêcha de dire le moindre mot. Elle avait les yeux écarquillé face à ça. Elle secoua les yeux & fronça les sourcils. Que la vie était ironique. Alyson acceptait les caresses de quelqu’un qu’elle connaissait depuis peu, ce qu’elle supposait, mais elle, sa meilleure amie, elle la repoussait. Eléa faillit partir dans un rire sournois mais se retint. Elle restait à les observés comme s’il n’y avait qu’eux. Eléa eut un léger pincement au cœur. Était-elle jalouse, jalouse de cet Homme qui se faisait accepter par Alyson alors qu’elle était exclue. Était-elle jalouse parce qu’elle avait l’impression que cet Homme, juste à ce moment, comptait bien plus pour Alyson ? Était-elle jalouse ? Eléa ne savait pas vraiment. Peut être qu’elle se sentait tout simplement abandonnée par Alyson ou Bien était-elle vraiment Jalouse de ce garçon alors qu’il n’y avait pas à l’être. Eléa retira immédiatement sa main dans celle de sa meilleure amie, comme si elle l’avait brûlé. Puis elle se souvint que Brian devait aussi apercevoir cette scène d’où il était. Était-il jaloux lui aussi de ce petit moment intime entre l’autre garçon & son ex Petite amie. Mais pourquoi Est-ce qu’il ne réagissait pas ? Elle lança un regard à Alyson puis à James. Alyson faisait-elle exprès pour le rendre jaloux & pour faire comprendre à Brian que leur relation était définitivement finie ou bien cela avait été un geste automatique ? Eléa ne comprenait plus rien. Pourquoi Est-ce qu’ils réagissaient tous ainsi. Puis Eléa comprit quelque chose. Chacun blessait l’un. Brian blessait Alyson par sa présence. Alyson blessait Brian par ce qu’elle faisait. James blessait aussi Brian car il semblait qu’il l’avait remplacé dans le cœur d’Alyson. Et enfin Brian blessait James car James savait qu’Alyson aimait encore Brian. Ils se blessaient mutuellement. Étaient-ils conscients que leurs actes pouvaient blesser la personne en face d’eux. Finalement la seule à ne pas être blesse concrètement c’était Bien Eléa. Elle était juste là en tant que spectatrice & eux étaient les acteurs. C’était un cercle amoureux, une situation délicate, un soupçon de dramatisme. C’était comme un combat entre James & Brian. Brian & Alyson. Eléa n’avait pas encore remarqué mais cette pièce était soumise à des tentions palpables. Eléa soupira. Les deux garçons aimaient Alyson & il semblait qu’Alyson aimait les deux garçons. Eléa comprenait ses garçons, ils étaient tombés tous les deux sous le charme d’Alyson & ce qui n’était pas une surprise. Même dans le passé Alyson attirait bon nombre de garçons mais elle n’avait jamais lancé un regard à leurs écarts, alors que là, si. Eléa sourit. Elle savait qu’Alyson ne savait pas à quel point elle était aimée & malheureusement, elle ne s’en rendait pas compte. Savait-elle qu’elle faisait souffrir ces deux pauvres garçons ? Eléa la plaignait & les plaignaient. Elle était contente de ne pas être dans la même situation qu’Alyson car elle aurait trop peur de blesser l’un deux. Elle ressentait de la pitié pour chacun d’eux. Elle leva les yeux en haut, mais qu’Est-ce qu’elle faisait là dans ce décor, elle n’avait rien à faire avec eux. Elle devait les laisser tranquille un moment & reviendrait juste après. Mais avant, de partir un instant, elle eut une idée complètement folle. Elle se leva lentement, fit un clin d’œil à Alyson & se pencha vers elle. Elle prit son visage entre ses mains, repoussa ses mèches de cheveux & l’embrassa sur la bouche. Elle fit un simple & doux baiser, puis se releva le sourire aux lèvres. Attention, il ne fallait surtout pas se méprendre, si elle avait fait ça, c’était pour une raison, une raison particulière que même elle n’en savait pas vraiment les raisons. Peut être qu’elle voulait faire transmettre un message dans ce baiser. Peut être. Elle regarda les garçons & leur dit d’ une voix douce avec une pointe d’ironie.

- Elle m’appartient, donc si vous lui faites du mal, vous allez le regretter. Ce n’est pas une menace, c’est juste un conseil. Surtout ne vous faites pas d’idée je suis bien hétérosexuelle !

Elle fit une pause. Puis s’approcha de la porte & se retourna.

- Bon je vais aller boire de l’eau. Je reviens, alors faites pas de bêtises !

Elle prit une inspiration. Devait-elle les laisser seuls ? Elle haussa des épaules, ils en avaient besoin. Elle fit un dernier sourire à Alyson & partit.



( Alors si je fais partir un instant Eléa s'est parce que je serai pas là pendant trois jours donc comme ça vous pourrez continuer sans moi Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Alyson Gauthier
Etudiant
Etudiant
avatar

Messages : 4869
Date d'inscription : 17/07/2009
Age : 28

Personnage
Dortoir: n°2
Années écoulées au sein de la NYU: 2
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 15 Mar - 15:28

( OUTé ! XD )




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://nyc-sins-rpg.forumactif.org/forum.htm
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 15 Mar - 17:18

James continua à caresser les cheveux d’Alyson. Est-ce qu’elle aimait qu’il fasse cela ? Il l’ignorait et ça le rendait fou. Elle n’avait aucune réaction… Mais il préférait sans doute cela plutôt qu’à un rejet. Imaginait qu’elle vienne à lui prendre la main et le rejeter. Le pousser de toutes ses forces, du peu de force qu’il lui restait. Imaginait… Il n’en reviendrait certainement jamais. Ce faire rejeter comme ça d’un seul coup par… Par… la fille qu’il…Oui s’était ça… La fille qu’il aimait. S’était sortit, et s’était étrange à penser. Surtout quand on savait qu’il connaissait Alyson depuis peu. Comment parvenir à éprouver un pareil sentiment en si peu de temps ? Etais-ce cela que l’on appelait un coup de foudre ? Elle le rendait littéralement malade. Il ne pensait qu’à elle. Rien qu’à elle. Bien sur, il avait essayé de remédier à la chose. Penser à ne plus penser à penser à Alyson. Mais plus il avait pensé à ne pas penser à penser à Alyson, plus il y pensait. Il la voyait jour et nuit. Et il désirait être près d’elle sans cesse, s’était bien plus fort que lui… Il l’aimait ? Il l’aimait.
Aussi, sa plus grande crainte se réalisa quand sa main se reposa sur les racines de la chevelure de la jeune femme, qu’il s’apprêtait à faire glisser sa main à nouveau mais qu’au lieu de cela, Alyson l’agrippa et poussa sa main. Elle venait de saisir sa main. Se contacte était doux, mais qu’on en savait que s’était pour la repousser, toute la douceur disparaissait… Il avait peur. Peur d’affronter la réalité. Il savait ce qu’était la réalité : Alyson était toujours amoureuse de Brian. Mais il s’obstinait à faire comme si de rien était. Comme si Brian n’était pas là, comme si Alyson ne le fixait pas. Comme si il avait ses chances de gagner le cœur d’Alyson… Comme si elle ne repoussait pas sa main. Comme si finalement, elle la rapprocher de son corps et la serrer plus fort. Comme si… Non. Comme si rien. S’était bel et bien ce qu’elle venait de faire. Elle ne lavait pas repoussé, elle avait pris la main de James dans la sienne. Malgré le contact glaçait de la peau de la jeune femme, son cœur se réchauffa et il reprit confiance. Il entrelaça ses doigts chauds à ceux de la jeune femme et la contempla en silence.
Oui, il allait faire comme bon lui semblait. Et là maintenant tout de suite, il n’avait qu’une envie s’était restait là à ses côtés. Ne jamais la quitter. Jamais. Que ce Brian soit dans les parages ou pas, il serait toujours auprès d’Alyson à moins qu’elle ne lui demande l’inverse. Il ferma les yeux… Si un jour elle venait à lui dire clairement quelle ne voulait plus qu’il soit là, à trainer dans ses pattes, et bien il s’en irait, il ferait tout pour lui faire plaisir. Même si le fait d’être loin d’elle le rendrait malheureux, terriblement malheureux. L’essentiel serait qu’elle serait heureuse, et s’était le plus important. Bien plus important que les sentiments que peut éprouver un crétin fraichement débarqué de Californie. Tiens d’ailleurs c’est ce qu’il ferait si elle lui demandait de partir. Il retournait en Californie, là-bas au moins, il serait loin d’elle… Mais bon sang ! Pourquoi songeait-il à partir alors qu’elle n’avait pas du tout l’air de vouloir cela ? Alors que là elle… Il rouvrit els yeux et vit la meilleure amie d’Alyson penchait sur Alyson en train de… en train de… ouais, il ne rêvait pas. Elle était bien en train de l’embrasser. Certes ce n’était qu’un simple baisé. Mais s’était tout de même un baisé. Et… Ouais, il était jaloux de cette nana. Jaloux de la meilleure amie de la fille avec qui il voulait sortir qui venait de l’embrasser. S’était étrange à dire et à avouer. Mais il aurait aimé être à sa place. Il aurait aimé embrasser Alyson. Heureusement, cela n’avait rien de sérieux, vu le ton qu’employé la jeune asiatique. Il eu un sourire en percevant la pointe d’ironie. Néanmoins il répondit sérieusement.

-Je ne compte pas faire quelque chose qui puisse nuire à Alyson. Ne t’inquiète pas.

Il avait eu envie de rajouter « Jamais je ne ferais quelque chose qui puisse la blesser… » Mais il jugea ces propos trop directs, de plus qu’en pensant cela il pensa à Brian. Il lui parlerait sur, il lui dirait ce qu’il pense et essayerai peut-être de la comprendre. Mais pas devant Alyson. Inutile de l’attaquer devant Alyson. Il suivit du regard la jeune asiatique puis reporta ses yeux sur Alyson.

-Si… euh… tu veux que je te laisse seule avec… euh… lui, il désigna d’un signe de tête Brian. Dis le moi. Je comprendrais… J’irai boire un peu d’eau avec ton amie… Je comprendrais si vous voulez rester seul tout les deux.

Et là, il venait de faire quoi ? Tout simplement de contredire tout ce qu’il avait pensé quelques minutes avant. Ne jamais la quitter. Néanmoins, il pensait que ça serait peut-être bien qu’ils mettent tout au point ces deux là.


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Lun 15 Mar - 19:17

A quoi jouait Alyson? Ce petit jeu qu'elle était en train de manigancé amusant Brian tout autant qu'il l'exaspérait. Elle avait perdu un gamin, elle voulait relancer la machine avec ce James? Il se demandait alors si son visage laissait transparaitre ses sentiments, ses émotions... et puis il comprit que non. Pas son visage. Ses yeux, peut-etre. Brian avait un contrôle quasi total sur ses mimiques, ses expressions, il savait parfaitement contrôler tout ca, en revanche, sa faille, s'était son regard. Et là? Alyson pouvait-elle lire combien il était jaloux? Les mâchoires serrées, il détourna le regard de facon désinvolte, comme si tout ca, ce n'était qu'une vulgaire scene inutile pour lui. Tout ca, y comprit Alyson. Et ce James, quel molasson. Etrangement, Brian voulait qu'il entre en action, ca serait plus simple pour lui de les voir en couple officiellement, plutôt que de flurter l'un avec l'autre innocemment, laissant encore le doute quand a leur relation.
Brian sourcilla a l'acte et aux paroles d'Elea. La japonaise était sans doute moins bete qu'elle en avait l'air xD Elle semblait avoir plutot bien cernée ce qu'il se passait en ce moment meme dans cette chambre d'hôpital. La réponse de James provoqua un léger ricanement du brun qu'il camoufla en cachant son visage dans sa main. Il lui faisait penser a lui. C'était des paroles qu'il aurait pu dire , qu'il avait dit d'ailleurs, mais que le destin ne lui avait pas permis de respecter. D'ailleurs, il lui sembla que s'il avait mit un terme a leur relation qui aurait pu renaitre ce jour la, c'était justement pour ne plus lui en faire, du mal. Or, il semblait continuer. Pas de chance.
Puis,James rebondit sur ce que venait de dire Elea. Qu'elle sortait. Quand il le désigna comme une espece de poisson pourri, Brian arqua un sourcil avec un leger rictus bien a lui. Bon, alors une question existentielle. Ou placer James dans le top 3 des personnes que Brian avait du mal a blerer... Jarod, Alexandre, James, ou James Jarod Alexandre... Ou Jarod, James Alexandre... Ou....
Quand il termina sa phrase, Brian ne pu s'empêcher de commenter d'une voix sarcastique :

- Ouais, bonne idée, laisse la voir 5 minutes avec l'autre . Joue donc au mec compréhensible qui comprend tout, et tout le monde et fou nous la paix quelques minutes, ca n'fera pas de mal, ni a elle, ni a personne.

Quand il termina sa réplique, il s'étonna lui meme. Etait-il en train de se laisser prendre a un jeu, celui de reconquérir Alyson, ou sa jalousie n'était-elle pas encore soignée? Il réalisa que l'emploie du mot "nous" n'était sans doute pas approprié, il n'y avait plus de "nous" juste elle, et lui. Une habitude sans doute. Son attachement a Alyson était toujours la, même avec toute sa volonté, il ne pouvait pas le cacher totalement.
Et si effectivement, James partait? Il se retrouverait seul avec Alyson. Et là, que se passerait-il, cela faisait un moment que ce n'était pas arrivé. Lui parlerait-il de tout ca? Tout ce qui lui pesait dans le cœur? N'ayant pas la réponse, et craignant de le faire, il poursuivit :

- Nan, en faite c'est moi qui m'barre. Il se décolla de la fenêtre et avança vers la porte avant de se reprendre, devant la porte : Au faite. Je suis vraiment désolé que ca se soit passé ainsi, mais c'est sans doute mieux pour toi, Alyson. Rétablis toi bien... Ciao.

De quoi s'excusait-il? Désolé que tu ai fait une fausse couche, mais avoir perdu notre enfant c'est surement mieux pour toi, ou alors, désolé que notre relation ait été aussi chaotique, mais désormais c'est probablement mieux pour toi, rétablis toi bien, avec lui ? Probablement les deux.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Jeu 18 Mar - 19:24

Depuis le début, il se retenait. Se retenait de ne pas se lever pour ne pas aller défoncer sa belle petite gueule à Brian. Il avait des efforts, avait contenu sa colère et avait essayé de se concentrer sur Alyson, sur ce qu’il ressentait pour elle, et non sur la colère qu’il éprouvait pour Brian. Tout ça pour préserver Alyson, pour ne pas la rendre encore plus mal. Car il le savait, il en avait même la quasi-certitude, si jamais Brian et lui se mettaient à se prendre la tête, elle n’aimerait pas, et se sentirai encore plus mal. Pourtant, lui il semblait complètement s’en fichait de ce qu’elle pensait. Ce genre de réplique, allait la blesser, elle se sentait mal, même si elle ne l’avouait pas. Et si les gens autour d’elle se mettait à faire du n’importe quoi, ça n’allait strictement rien donner de bon.
Il tressaillit quand il entendit le « nous ». Alors pour lui, s’était parfaitement clair, il y avait toujours un « nous » entre Brian et Alyson. En fait, il y en aurait toujours un. Ce « nous » existerait toujours.
James ne lâcha pas la main d’Alyson et se tourna vers Brian, la rage marquait sur son visage. Seul le contacte avec la main de la jeune femme lui permettait de répondre calmement et de ne pas se jeter sur lui pour l’étrangler sur place.


-Qu’est-ce qui te poussa à me parler comme ça ?! T’es jaloux ? Ok, je joue peut-être au mec compréhensif, mais c’est peut-être ma vraie nature. Qu’est-ce t’en sais ? Tu ne connais strictement rien de moi et tu ne comprends strictement rien. Depuis avant… Tu ne fais que la blesser. Et c’est pas en te montrant violent avec moi que sa va arranger les choses.


Il regarda Brian s’enlever de la fenêtre et s’avancer vers la porte. Peut-être qu’il avait raison. Il était temps pour eux deux de s’expliquer. Mais pas devant Alyson. James quitta des yeux Brian, reposant son regard sur Alyson. Il avança alors son visage de celui de la jeune et déposa un simple et doux baisé à moitié sur ses lèvre et sa joue. De sa main libre, il lui caressa une nouvelle fois les cheveux et murmura.


-Je reviens…


Il lâcha ensuite la main de la jeune femme. Se demandant si la laisser seule était une bonne idée. Il se leva et s’avança vers Brian lui faisant signe de le suivre dans le couloir. Sans même attendre une réponse à son geste, il gagna le couloir et s’appuyant contre le mur.


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Ven 19 Mar - 0:22

Brian se sentait tout bizarre. Énervé, paisible en même temps, hargneux et serein a la fois, plein de rage, mais finalement, pas tant que ca. Comme si ces émotions s'entremêlaient sans aucun sens. Comment pouvait-on etre heureux dans sa situation? Parce qu'Alyson, malgré tout, allait s'en remettre. Alors pourquoi semblait-il si malheureux intérieurement? Parce que justement, elle allait avancer dans la vie,
mais pas avec lui. La vie était une pute, mais une pute qui ne se laissait pas baiser par n'importe qui.
Quand James le devança, il roula les yeux au ciel en le suivant, se retenant d'accorder encore un autre regard a la demoiselle. Qu'il était c*n, pourquoi ne restait-il pas avec elle? Pourquoi Brian voulait qu'il reste avec elle? Pourquoi était-il pourtant satisfait qu'il ne le fasse pas?
D'un air décontracté, James s'appuya contre le mur. Un bref instant, Brian sourit en songeant a y encastrer son visage. Il était déjà sur les lieux pour recevoir des soins, non? Mhh, le problème, c'est qu'il était juste a coté de la chambre de la demoiselle.... Mais en même temps, si il faisait ca, elle le détesterait encore plus. Oui, non ? Non. Pourquoi se défouler sur ce pauvre type? James n'était pas venu s'initier dans son couple pour lui dérober Alyson, elle était seule quand ils se sont rencontrer, et par sa faute a lui. Alors ca ne servait a rien. Pourtant c'était affreusement tentant.
Il observa James dans le blanc des yeux, avant de prendre enfin la parole pour lui dire, simplement :

- Allons plus loin.

Il ne tenait pas a ce qu'Alyson soit témoin de quoi que ce soit. En avançant dans le couloir adjacent, il se surprit a songer a une façon pour l'éliminer. Secte quand tu nous tiens xD Et puis s'y résigna. C'était encore plus idiot que l'idée de lui démolir la face. Quand il estima etre suffisamment éloigné de la chambre d'Alyson, il s'éclaircit la voix et annonça, calmement.

- Tu sais, tu ne sais rien de moi non plus, ou peut-être que les rumeurs qui courent sur mon dos. Tu ne sais rien d'elle & moi, et tu n'y comprendras jamais rien non plus. Alors restons chacun dans notre ignorance veux-tu ? Je ne me mettrais pas en travers de to..v.. il serra les machoires comme si prononcer se pronom était la pire chose qu'il n'avait jamais eu a faire... votre chemin. Parce que tu as raison, je ne fais que de la blesser, constamment. Elle n'a pas besoin de ca. Si un jour tu en arrive la avec elle, que tu as vécu tout ce que nous avons vécu, que tu passe par tout ce que nous sommes passé, alors tu te rappelleras peut-etre de moi, et là tu me comprendras. Car de nous deux, je pense etre celui qui comprend le mieux l'autre, du moins qui comprend ce sentiment que tu éprouve pour elle.

Son regard était comme vide. Reflet de son coeur qui s'acharnait a vider cet amour qu'il avait pour elle. Quand il y repensait, il trouvait ca presque comique. Elle cessait de dire qu'elle ne trouvait personne pour
l'aimer, et voila que deux mecs répondaient présent a l'appel. Brian aimait encore cette fille, et c'était par crainte qu'elle ne s'en rende compte qu'il avait tenu a s'éloigner de la chambre. Manquerait plus que ca, qu'elle le sache. Il ne pensait pas James assez idiot pour lui en parler, car c'était a double tranchant. Soit la nouvelle lui plaisait, et elle revenait vers lui, ce qui n'allait pas dans le sens du californien, soit elle s'en foutait, le détestait, et la, c'était tout benef pour lui...


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Liv A. Llewyn
Présidente de l'Association des Elèves
Présidente de l'Association des Elèves
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 26/02/2010
Age : 30
Localisation : NYU ; D

Personnage
Dortoir: Aucun parce que Externe
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Ven 19 Mar - 15:39

James s’était adossé au mur d’une manière décontracté. Une manière qui était totalement à l’opposait de lui. Tellement de chose le préoccupait maintenant qu’il n’était pas le moins du mon décontracté, bien au contraire. Alyson l’aimait-elle ? Détestait-il Brian ? Et la meilleure amie d’Alyson que pensait-elle de lui ? Est-ce une bonne idée de laisser Alyson ? Il y aurait-il un « nous » la désignant à elle et le désignant ? Aimerait-elle toujours Brian ? Etais-ce une bonne idée de parler à Brian ? Sans un mot, il suivit Brian résistant à l’envie de faire involontairement glisser son pied entre ceux de Brian afin qu’il ne se casse la gueule… Ou alors, tiens de l’attraper par l’épaule le faire se retourner et lui coller son poing dans le gueule. A nouveau, James laissa son dos se reposer mollement contre le mur. Les mains dans les poches, il dévisagea Brian, l’écoutant.
L’heure était-il aux aveux, parce qu’à ce qu’il venait de comprendre, Brian venait de lui ouvrir son cœur. Alors pas de bagarre ? Bon…


-Je suis conscient qu’il y a eu un « nous » entre vous deux. Et que vous avez sans doute beaucoup vécu ensemble. Et d’ailleurs, Alyson elle…Il inspira un bon coup… Elle a l’air d’y être encore attaché à ce « nous », elle a l’air d’être encore attaché à toi tout court.
Tu sais…A l’ instant même ou je l’ai vu, j’ai su qu’elle n’allait pas bien et que j’avais envie de l’aider, de surmonter cette quelconque épreuve à ses côtés. Mais je n’avais pas la moindre idée de ce qui se passait dans sa vie, et je ne connaissais pas ton existence.
Il eu un faible rire. Sur, j’aurais sans doute dû m’en doutait avec tout ces mecs qui me harcelaient en insinuant que j’avais couché avec la copine de leur pote Brian… Mais je n’en savais rien. Elle ne m’avait jamais parlé de toi, donc je ne pouvais pas savoir…


S’était étrange, ouvrir son cœur à un quasi inconnu dont on avait envie d’amocher la face. James baissa les yeux et se laissa glisser contre le mur, tombant assis au sol. Ce n’était pas la position idéale au cas où Brian avait envie de le taper, mais pas grave. Il leva les yeux et examina les traits de Brian, son regard était vide. Et à ce moment même James compris qu’il était dans le même cas, torturé intérieurement par leurs pensées, ne sachant quoi penser, quoi faire. Suivre leur cœur ?


-Tu sais… Alyson… C’est à elle de décider. Mais t’en qu’elle ne me dira pas clairement « Va-t-en », je ne lâcherais pas l’affaire. Quoi qu’il arrive t’en qu’elle ne me demandera pas de partie, je serais là. Qu’elle m’apprécie ou pas.


Et tu vois que mon coeur bat.
Tu peux t'en apercevoir à travers ma poitrine.
Et je suis prétrifiée, mais je refuse de m'en aller.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?id=1580952573&am
Brian Taylor
Membre de la secte des Emeraudes
Membre de la secte des Emeraudes
avatar

Messages : 5722
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 29
Localisation : à l'Université

Personnage
Dortoir: n°3
Années écoulées au sein de la NYU: Aucune
Relations:

MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   Ven 19 Mar - 18:16

Brian écoutait James comprenant de plus en plus que finalement, il était dans la meme galère. A l'exception d'une chose. Tout deux voulaient être avec Alyson, mais l'un d'entre eux, prénom commençant par Bri terminant par an, ne le pouvait, pour elle. Il afficha un leger sourire contrit lorsque James évoqua les amis de Brian. Il n'aimait pas ça, pas qu'on parle de ses potes hein, leur comportement. Parfois complètement puéril. Et pour que LUI pense ca, c'est que le niveau était haut... Quand James s'assit au sol, le sourire contrit devint rictus discret. Une image "drole" dans la tete de Brian. Comme si James s'avouait vaincu et se prosternait. Bon roh, il pouvait bien dédramatiser la situation comme il désirait hein !
Il avait confirmé les craintes du Chicagoan. Alyson était encore attaché a lui. Bordel, que pouvait-il faire pour lui montrer que c'était la plus grande erreur de sa vie d'etre ainsi? Avait-il vraiment envie de lui montrer en plus. Pas tant que ca, plus le temps passait, plus il se disait que .. pourquoi pas. Pourquoi ne pas encore surmonter les problèmes qui pouvait venir ? Parce que. Parce qu'en il y en avait trop, et qu'Alyson ne méritait pas une telle vie.
Quand il annonça qu'il ne partirait que si elle le lui demandait, Brian ne pu retenir un leger rire et passa ses mains sur son visage, qu'il détourna de James. Bon sang, ce type était sa copie conforme ou quoi? En tout cas, s'il lui attirait autant de problème, le Taylor ne le laisserait pas faire et se mettrait en travers de son chemin. Il s'excusa pour cette intervention qui pouvait paraitre moqueuse, alors qu'elle ne l'était en aucun cas.

- Désolé, c'était pas contre toi. Alyson ne te diras jamais de te barrer. Enfin, oui, jamais de vive voix...

Oh, l'histoire de la lettre, l'avait-il toujours en travers de la gorge? Il semblerait bien. En même temps, c'était le début de la fin, donc normal que ce passage de leur histoire n'était pas son préféré. Il se rendit compte que sa phrase pouvait laisser croire qu'elle était du genre faux-cul, elle ne lui dirait pas qu'elle ne l'aime pas et trainerait avec. C'était pas ca, il ne voulait pas casser du sucre dans le dos de la demoiselle, il se reprit alors :

- Enfin je veux dire que c'est.. c'est pas son genre quoi. Elle aurait trop peur de blesser les gens qu'elle aime avec ce genre de propos. Elle n'est pas comme ca.

Et vlan, il enfonçait le couteau dans la plaie. Dans la sienne en faite. Si elle avait peur de blesser les gens qu'elle aimait en leur disant de partir et qu'elle le lui avait écrit... ne parlons meme pas des conclusions qu'il se faisait mentalement le pauvre. Il continua après avoir détourné le regard, n'aimant pas trop les paroles qu'il s'apprêtait a prononcé, ce fut d'ailleurs la raison pour laquelle il les énonça quasiment sous formes de chuchotis embarrassés :

- Parce que justement, je pense que..enfin qu'elle.. que... elle... rah. Qu'elle ... t'apprécie.

Bon, a quoi il jouait, il lui donnait carte blanche pour la petite Gauthier ou quoi? Oui, a peu près. Pas de bon coeur, mais moralement, c'était mieux un James qu'un Brian. Elle s'en rendrait sans doute compte plus tard...
Comme pour montrer au jeune homme qu'il était de bonne foi, il fini par dire :

- J'espère pour toi, sincèrement, que tu aura l'occasion de te rendre compte a quelle point cette fille est formidable... un leger sourire était apparu sur ses lèvres, sourire reflétant les quelques souvenirs qui lui venaient en tete. Enfin y'a deux trois trucs primordiaux a savoir sur elle... ne lui fait jamais manger de chocolats, elle y est allergique. Il ricanna a peine, il avait l'impression de léguer un petit animal a quelqu'un et de lui faire un topos des consignes a suivre, il s'arreta alors, avant de reprendre un sujet plus sérieux. Enfin bref, pour en revenir a un sujet préoccupant pour nous deux. Son état... elle se surmène. Dis lui d'accepter la bourse d'études qu'elle a recu, s'il te plait. Elle n'aura plus besoin de faire job sur job pour subvenir a ses besoin... et essaie de la faire retourner en art... c'est ce qu'elle aime.. elle ne peux pas rester en option sport avec son probleme de jambe, elle va se la fo*tre définitivement en l'air... fais le pour elle, pas pour moi, conclut-il.

Ca se lisait probablement dans ses yeux que le sujet " Alyson" le préoccupait énormément; c'était pour cette raison qu'il passait aussi le moins de temps possible avec elle, car il aurait pu, se quitter comme bon nombre de couple et rester ami... mais pas pour lui. Pas qu'il la détestait, justement. Juste qu'il ne cacherait pas ses sentiment a son égard s'il restait a son contact.


Nothing will be the same
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/anais.munzenmeyer?ref=name
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie n'est qu'une longue perte de tout ce qu'on aime. [Victor Hugo] ( Pv : Eléa - Alyson - Brian - James )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Dead :: 
Archives
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com